Société

Suite à nos récentes mésaventures judiciaires, La Voix co-organise le 13 mai une conférence-débat à Chambéry avec François Ruffin  pour ouvrir la discussion sur la place des médias indépendants.

Tandis que le ministère public persiste dans sa volonté de poursuivre un de nos journalistes en lui reprochant d’avoir fait un reportage sans détenir carte de presse (voir notre article), le canard savoyard persiste lui à ouvrir son bec. Nous venons ainsi de publier une tribune sur Rue89. La Télé Libre nous a de son côté apporté son soutien il y a quelques jours. Deux médias savoyards, Librinfo74 et Eco des Pays de Savoie, ont également publié un article sur nos déboires judiciaires. Et face à la pression de la police de l’info, nous souhaitons ouvrir une discussion avec nos lecteurs sur la place des médias indépendants dans notre démocratie en co-organisant une conférence-débat le 13 mai prochain à Chambéry avec François Ruffin, reporter pour l'émission La Bas si j'y suis de France Inter et rédacteur au journal Fakir. Rendez-vous à 20 heures, au centre social de l'AQCV, 3 rue des Lauriers. Nous vous attendons nombreux.

Lire la suite...
 

Après avoir fauché un champ d'OGM au côté de José Bové en 2006, un Savoyard est poursuivi pour s’être opposé au prélèvement de son ADN. Un nouvel exemple de judiciarisation de l'action citoyenne.

Le 11 avril dernier, Yves Meunier - professeur retraité de 62 ans vivant à Ugine - était convoqué au tribunal correctionnel d’Albertville. Son délit ? Avoir refusé le prélèvement de son ADN en mars 2010 par la gendarmerie uginoise. Pour lui, pas question d’être assimilé à un criminel ou un terroriste pour avoir mené une action de désobéissance civile dont la légitimité a depuis été reconnue, puisqu’elle a permis d’aboutir, en février 2008, au moratoire sur les cultures OGM en France. Une décision prise au nom du principe de précaution. C'est qu'en novembre 2006, il était l’un des 97 faucheurs volontaires à avoir détruit, dans le sud du département de la Gironde, un silo contenant 2 300 tonnes de maïs transgénique destiné à la consommation humaine. Lire la suite...

 

Alors que notre journaliste a été relaxé par le tribunal de Chambéry, le Ministère public, qui l'avait poursuivi de façon déloyale, remet ça en faisant appel. Un acharnement judiciaire qui bafoue la liberté d'informer.

Mikaël sera bientôt de retour au tribunal, toujours à Chambéry, mais cette fois devant la cour d’appel. Son prétendu tort : avoir réalisé un reportage sur une action syndicale sans être détenteur d’une carte de presse. C’est un cas apparemment sans précédent. La carte de presse n’étant absolument pas obligatoire, on est en tout cas devant une véritable atteinte au droit d’information, voire une menace faite aux médias indépendants. L’attitude vis-à-vis de notre journaliste ressemble en effet de plus en plus à une tentative d’intimidation de la part du Ministère public. Le parquet du tribunal de Chambéry s’acharne ainsi à poursuivre Mikaël Chambru car il a effectué son travail, à savoir être sur le terrain, observer ce qui s’y passe, puis en rendre compte au moyen d’un reportage vidéo. En utilisant ainsi la justice, veut-on réduire au silence un journaliste indépendant en provoquant la mort par asphyxie financière de son média ?

Lire la suite...
 

Alors qu'Annecy 2018 est en mal de crédibilité auprès des Anneciens, les anti JO ont fait un bilan critique de la machinerie olympique avec le sociologue du sport Jean-Marie Brohm. Elodie est allée l'interviewer.

Cette semaine, c'est le résultat du sondage indépendant réalisé par le Comité international olympique en décembre 2010 et rendu public par le Comité anti olympique qui a occupé le devant de la scène médiatique locale. C'est qu'il révèle, contrairement à ce que répète à longueur de temps les promoteurs d'Annecy 2018, que l'adhésion populaire des Anneciens à la candidature n'est pas massive, tout juste 51%. Et le sondage  a été réalisé avant que ne soit rendu public le projet de stade de cérémonies de 42 000 places sur le Pâquier (voir notre reportage vidéo). Fort d'un soutien populaire qu'il n'est plus possible de remettre en cause, les anti-JO ont organisé une conférence avec Jean-Marie Brohm, professeur d'université en sociologie à Montpellier. L'objectif ? Dresser un bilan critique de la machinerie olympique et de ses rouages. Plus de 300 personnes étaient présentes à Bonlieu.

Lire la suite...
 

Sept éleveurs ayant refusé de faire vacciner leur cheptel contre la FCO et les six caissières d'ED grévistes du dimanche se sont retrouvés devant le tribunal à Chambéry. L’occasion de faire front commun.

Alors qu'elles sont toujours en grève chaque dimanche pour obtenir le droit au repos dominical (voir notre dernier reportage), les six caissières du supermarché ED d'Albertville étaient le 15 mars devant le juge, à Chambéry. Elles étaient à nouveau poursuivies par leur employeur pour avoir bloqué l'accès au magasin dans le cadre de leur mobilisation hebdomadaire, la direction d'ED ayant fait appel de la décision du tribunal d'Albertville du 7 septembre 2010 qui donnait raison aux salariées (voir notre reportage). Au même moment et au même endroit, ce sont sept éleveurs savoyards qui étaient convoqués au tribunal pour avoir refusé de faire vacciner leur cheptel contre la fièvre catarrhale ovine. Un procès faisant suite à celui de l'éleveur mauriennais qui s'était tenu le 8 février à Albertville (voir notre reportage).

Lire la suite...
 

La révélation du projet de stade de 42 000 places sur le Pâquier pour les cérémonies d'ouverture et de clôture des JO a mis le feu au poudre à Annecy. Le coup de grâce pour la candidature ?

Depuis quelques semaines, on ne parle plus que de cela à Annecy : le projet de construction d'un stade de 42 000 places sur le Pâquier pour les cérémonies d'ouverture et de clôture des JO. C'est le Comité anti-olympique (CAO) qui l'a déniché mi-février dans le livre de la candidature annecienne. Pour Jean-Luc Rigaud, le maire de la ville, tout ceci n'est qu'une rumeur. « Non, le Pâquier ne sera pas bétonné, ce ne sera pas un grand stade, juste le théâtre de cérémonies ! Il ne sera installé que des tribunes provisoires, tout sera ensuite démonté », assurait-il lors d'une conférence de presse fin février. Béton ou pas, pour les Anneciens qui ont d'abord cru à une blague, il n'est pas question de toucher à leur Pâquier sacré, quitte à prendre désormais position haut et fort contre Annecy 2018. Ils sont ainsi des centaines à signer la pétition du CAO. Une aubaine inattendue pour les anti-JO qui engrangent comme jamais les soutiens.

Lire la suite...
 

Pourquoi le quotidien dauphinois qui sévit en Savoie mérite-t-il son surnom ? Nos confrères grenoblois du Postillon répondent dans un livre où est disséqué le cas du Daubé.

Il est un temps pas si lointain où votre canard savoyard préféré barrait sa une de ce titre en forme d’appel à la résistance journalistique : Libérez le Dauphiné ! Un numéro dans lequel La Voix vous proposait un voyage au pays du Daubé, cure ses lecteurs, cialis ses sujets, son influence. Depuis quelques semaines, c’est un petit ouvrage en format poche qui enfonce le clou et le cas du mastodonte de la presse rhônalpine. Un livre au nom qui ne souffre, lui non plus, aucune ambigüité : Pourquoi le Daubé est il daubé ? Une question bien légitime et quasiment systématique pour celui qui, un jour, prend la peine de parcourir les pages pleines de vide du Dauphiné Libéré. Sous-titré Histoire critique du Dauphiné Libéré, ce petit livre blanc nous propose en réalité une plongée dans les histoires du quotidien, afin de mieux en appréhender la mécanique intérieure.

Lire la suite...
 

Avec un procureur qui prône la clémence, la relaxe de l’éleveur mauriennais qui n’a pas fait vacciner ses brebis est assurée. Ses confrères n’échapperont pas pour autant au tribunal.

Le 8 février dernier, Florian Kiény, éleveur de brebis à Saint-Alban-d'Hurtières en Maurienne, était devant le tribunal de proximité d'Albertville pour avoir  refusé de vacciner ses brebis contre la fièvre catarrhale ovine. Pour le soutenir, une soixantaine de personnes, une brebis et deux agneaux avaient fait le déplacement. Devant le juge, Florian Kiény a repris les arguments qu'il nous avait expliqué fin janvier lors que nous l'avions rencontré dans sa bergerie (voir la vidéo). Son avocat a plaidé la relaxe et même la procureur est allé dans son sens, symbolisant le caractère aberrant de la situation. Le paysan est dans son bon droit, et surtout dans le bon sens, dans cette affaire de vaccination. Lire la suite...

 

Des éleveurs savoyards se retrouvent au tribunal pour s’être opposés à la vaccination obligatoire contre la Fièvre catarrhale ovine. Une vaccination qui n’est plus obligatoire…

Après la relaxe sur le fond, prononcée le 13 décembre 2010 par le Tribunal de proximité d’Annemasse, à l’encontre de trois éleveurs qui n’avaient pas vacciné leur cheptel contre fièvre catarrhale ovine (FCO), deux nouveaux éleveurs ont comparu devant celui de Bonneville le 1er février dernier. Le ministère public a demandé une condamnation sans amende, puisque l'obligation de vaccination a été levée depuis par le gouvernement. Le jugement sera rendu le 5 avril prochain. D'icil là, un autre éleveur est convoqué le 8 février prochain à Albertville, et trois autres le 14 mars prochain à Annemasse.Tous ces éleveurs revendiquent le libre choix face à la vaccination contre la FCO. Pour les collectifs de soutien savoyards (73 + 74), il s'agit ni plus ni moins d'un « acharnement judiciaire, coûteux et irresponsable. » Lire la suite...

 

A Annecy, les anti Jo viennent de rameuter 600 personnes contre la candidature lors d'une conférence d'Albert Jacquard. Vont-ils finir par rallier Beigbeder à leur cause ?

Alors que la Commission internationale pour la protection des Alpes (CIPRA) - la caution écolo d'Annecy 2018 - vient de jeter l'éponge en quittant le Conseil d'orientation développement durable et environnement (CODDE), les anti-JO ne semblent pas s'essouffler au grand dame des promoteurs des jeux. Ainsi, après avoir affronté le maire d'Annecy lors d'une réunion publique de promotion d'Annecy 2018 il y a quelques jours, ils ont encore réussi à mobiliser plus de 600 personnes le 28 janvier dernier à Annecy autour d'une conférence Albert Jacquard. Généticien et essayiste de 86 ans, ce dernier consacre désormais sa vie à diffuser un discours humaniste visant à favoriser l'évolution de conscience collective. C'est ce qu'il à une nouvelle fois essayer de faire à Annecy autour de la question des jeux olympiques. La Voix vous propose de (re)découvrir son intervention en intégralité.

Lire la suite...
 


Page 9 de 13

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière