Société

Les détenteurs d'alambics clandestins sont encore nombreux en Savoie. Entre la poire et la mirabelle, l'un d'entre eux nous révèle les secrets de son activité illégale.

C’est dans une maison typique de la Savoie que j’ai rendez-vous pour parler d’un produit typique du pays. Et c’est vrai qu’elle est jolie cette ferme, elle est comme les touristes les aiment, perdue dans un alpage, à quelques encablures des premiers magasins. Sur le bout de la table est posée une bouteille d’eau minérale, à l’apparence banale. Et pourtant, c’est la « bouteille qui guérit de tous les maux », comme aime à dire Roger, propriétaire de cette sacro sainte fiole. A l’intérieur, point de remède miracle, mais une boisson, savamment distillée. Il en parle avec le cœur, avec l’accent aussi. Cet accent qui montre que, chez nous, on sait prendre le temps. Au premier abord, la caricature des Bronzés font du ski ne semble plus très loin de la vérité. Pourtant, point de méthode sauvage avec le crapaud glissé dans le goulot, mais une technique ancestrale qui se transmet de génération en génération.

Lire la suite...
 

Même si les douanes déclarent que faire de la gnôle ne nuit pas à la société, la loi réclame qu'on paie la dîme.

La loi autorise les exploitants de vergers à distiller s’ils remplissent un cahier des charges précis. Ils doivent être déclarés auprès des services des douanes et profitent en contre partie d’un affranchissement de taxes, une autorisation de produire gratuitement 10 litres d’alcool pur par an, soit un goutte à goutte d’environ 20 litres. Ils paient 14,50 euros le litre d’alcool supplémentaire. Mis en place il y a deux ans, le « demi-droit » permet aux non professionnels ayant quelques vergers de couler de la gnôle auprès d’un distillateur agréé par les douanes. Les dix premiers litres d’alcool pur sont payés moitié prix.

Lire la suite...
 

Décryptant le monde de demain dans la réalité d’aujourd’hui, physician Michel Maffesoli nous renvoie à nos racines, shop car la modernité, c’est dépassé. Entretien avec un penseur révélationnaire.

On dit de lui qu’il est le sociologue français le plus lu dans le monde. Ce professeur en Sorbonne membre de l’Institut universitaire de France a également atteint le degré de reconnaissance maximal au sein de l’éducation nationale. Cela ne l’empêche de développer une pensée anarchisante assez sulfureuse et de déclarer tranquillement que toutes les grandes institutions sont pourries, donc appelées à bientôt disparaître. Et en premier lieu l’état-nation, symbole d’une modernité aujourd’hui périmée. Car la modernité, c’est le temps d’hier, celui des Lumières, celui où l’on s’était déconnecté d’une terre mère que l’on a longtemps maltraitée mais autour de laquelle un nouveau monde se remet à tourner, comme le rappelle Matrimonium, petit traité d’écosophie, le dernier livre de Michel Maffesoli.

Lire la suite...
 

L’écrivain et journaliste scientifique Elisa Brune dénonce le mythe de l’orgasme vaginal. La pénétration ne serait-elle pas le bon moyen pour rendre une femme heureuse ?

La Savoie, there le rapport au territoire et à la région, la politique, l’environnement ou la gastronomie au génépi, tout ça, c’est important et c’est pour ça qu’on vous en parle régulièrement dans la Voix. Mais le sexe, me direz-vous. Ne serait-il pas le grand oublié de nos colonnes numériques ? Voilà pourtant un sujet ô combien central qui nous concerne tous. Aujourd’hui, on a donc été chercher une experte en la matière pour nous parler du plaisir féminin. Et c’est du lourd, car Elisa Brune, une ravissante Belge, écrivain et journaliste scientifique de son état, nous révèle que l’orgasme vaginale serait en fait un mythe. Alors, messieurs, il va falloir faire avec et peut-être enfin comprendre que multiplier les allers et retours ne suffit pas pour faire monter madame au 7ème ciel. En espérant que nos lectrices apprécieront…

Lire la suite...
 

La police croyait débusquer en Savoie des militants anti-nucléaires alsaciens recherchés... pour collage illégal d’affiches. Mais l’enquête s'est avérée être un joli raté.

L'histoire débute le 11 février dernier quand Anne-Sophie Cordoeiro, présidente de l'association Sortir du nucléaire 73, reçoit un appel un peu spécial sur son téléphone portable. C'est le commissariat de Chambéry. « On me demande pourquoi je ne me suis pas présentée au commissariat suite à la convocation qui m'a été adressée à la Maison des associations (MDA) ». Très étonnée, la militante anti-nucléaire demande des précisions à son interlocuteur. « Le gardien de la paix m'explique alors qu'une enquête a été menée depuis Colmar suite à un affichage sauvage effectué lors de la manifestation pour la fermeture de la centrale de Fesseinheim, en octobre dernier. Le Réseau Sortir du nucléaire serait donc exposé à des poursuites et devrait être condamné à une amende. »

Lire la suite...
 

Manif Anti OMCDirection Genève au coeur de la manif' anti-OMC du 28 novembre. 5000 altermondialistes ont défilé pour "sauver la planète", dont quelques Savoyards que Mikaël a eu bien du mal à trouver.

Le 28 novembre dernier, la veille du fameux vote sur les minarets qui fait tant parler depuis quinze jours, il y a une histoire suisse qu’aucun média savoyard n’a raconté. Pas même le Daubé qui a pourtant l’habitude d’exploiter le filon lémanique. 5 000 militants altermondialistes, défilaient dans les rues de Genève pour sauver le sommet de Copenhague, et réclamer un changement de cap global de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). C’est que du 30 novembre au 2 décembre se déroulait dans la cité genevoise une conférence ministérielle de l’OMC, réunion où allait se décider l’avenir du sommet de Copenhague. L’échec du sommet de Copenhague diront les écolos.

Lire la suite...
 

Miss Pays de SavoieLe 13 septembre, buy le tout Chambéry assistait au couronnement de Miss Pays de Savoie.  Une soirée de paillettes entre champagne tiède et chaude ambiance...

18h00 En ce début de soirée quasi automnal, viagra 100mg la foule se presse par petits groupes aux abords du Manège. Ici, here on est plutôt habitué à recevoir des colloques sur les prothèses dentaires ou sur l’avenir du tourisme en montagne, mais dans quelques heures, on va couronner une jeune inconnue, élue, le temps d’un soir aux allures de sacrements païens, reine de beauté des pays de Savoie.

Lire la suite...
 

C'est en dansant la rumba en prime time qu'Emmanuel Philibert de Savoie a fait campagne pour les européennes. Mais devenir le roi de la piste ne suffit pas pour être élu.

C’est l’été, il fait beau. Si ça se trouve, cher lecteur, vu que le web est aujourd’hui mobile, tu te trouves actuellement sur une plage de Savoie ou d’ailleurs en train de lézarder au soleil. Et qu’est-ce qui fait fureur comme lecture sur la plage ? Le people bien sûr ! Alors voici un peu de peopolitique avec les dernières aventures électorales du Prince de Savoie, car Emmanuel-Philibert ne lâche pas l’affaire.

Lire la suite...
 

Y en a qui ont la trouille, mais Ghis, de moins en moins. Après s'être retrouvé en prison pour avoir refusé de payer un impôt qu'elle estime mal affecté, elle se confie dans la Voix.

Sur ce territoire allobroge offrant l'hospitalité à la libre expression, nous accueillons aujourd’hui une Québécoise. Ghislaine Lanctôt est une ex-directrice de clinique exclue de l’ordre des médecins dans les années 1990 après avoir publié un livre, La mafia médicale, qui décrivait un milieu où l’on s’affaire d’abord à entretenir la maladie. Aujourd’hui, cette grand-mère de 67 ans se fait appeler Ghis et dit avoir évacué sa laine, car elle ne veut plus être un mouton. Depuis 1994, elle ne fait plus de déclaration d’impôt et elle a coupé tous les liens avec l’administration fédérale canadienne, refusant de payer quoi que ce soit et renonçant à profiter des privilèges procurés par nos systèmes gouvernementaux (assurance santé, retraite, etc…).

Lire la suite...
 


Page 13 de 13

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière