Tribune Libre

Quand l'attention se porte sur l'avenir du projet ferroviaire Lyon-Turin, l’ACAC relève que pendant qu’on cause du train, les autoroutes, elles, gagnent encore du terrain.

Nous nous félicitons des nombreux avis actuellement donnés dans l’enquête publique des accès au Lyon-Turin ferroviaire (ndlr: voir notre article). Notre association rendra le sien, détaillé et argumenté, à la fin du mois de février. Celui-ci sera consultable sur son site internet www.acac73.org/ 

Mais n'oublions pas : pendant que nous débattons sur le Lyon-Turin ferroviaire, les projets autoroutiers avancent.

Comme l'indiquait, début janvier, l’Éco des Pays de Savoie, malgré la crise, il n'y a pas de limitation de vitesse pour les investissements des sociétés d'autoroutes... et toujours, pour nous, une grande absence de débat !


Lire la suite...
 

Un an après le dernier procès de l’incinérateur de Gilly sur Isère, l'ACALP dénonce l’inertie du parquet d'Albertville dans les suites du dossier de la dioxine.

Alors qu'il était visé par la procédure pénale dans le dossier de la pollution à la dioxine de l'incinérateur de Gilly sur Isère, le Syndicat intercommunal SIMIGEDA, propriétaire de l'incinérateur, s'est dissous. Il ne pouvait donc plus être poursuivi pénalement. Cette dissolution autorisée par l'autorité préfectorale, qui n'ignorait pas que le SIMIGEDA était poursuivi devant le Tribunal correctionnel, a permis aux élus d'éviter une condamnation pénale.

Souvenez-vous du procès de la dioxine à Albertville le 29 novembre 2010 et des déclarations péremptoires du Procureur de la République annonçant qu'il allait poursuivre sans tarder la dissolution du SIMIGEDA dans les trois mois. Et bien, plus d'un an plus tard, le Parquet d'Albertville n'a toujours pas donné signe de vie dans ce dossier !

Lire la suite...
 

Si les émirs ont le pétrole, healing les Savoyards disposent eux d’une ressource encore plus essentielle à la vie : l’eau. Mais qui devrait prendre en charge la gestion de ce précieux liquide ?

Tout le monde a en tête ces émirs du Moyen-Orient, no rx qui, profitant de ressources considérables en pétrole, ont construit des empires où le pétrodollar est roi. Plus aucune limite ne semble arrêter ces magnats de l’or noir à qui l’on déroule le tapis rouge à la moindre occasion. Après les îles artificielles destinées à accueillir les milliardaires de notre belle planète, ce sont les clubs de football européens qui semblent être le nouveau divertissement de ces bédouins devenu multi-milliardaires. En ces temps particulièrement difficiles pour le capitalisme ultra-libéral, les comptes en banque (dans des établissement d’ailleurs au bord de la faillite) de nos amis qataris, saoudiens ou koweitiens attisent les pires convoitises. Cela se comprend, mais la question qui nous intéresse ici est en fait la suivante  : quelques individus ont-ils le droit d’exploiter à leur seul profit les ressources naturelles ?

Lire la suite...
 

Sur fond de régionalisation des structures contrôlant la qualité de l’air imposée par la loi Grenelle, l’association Air de l’ain et des pays de Savoie serait menacée. Notre air n'est pourtant pas celui de Lyon.

L’Air de l’Ain et des Pays de Savoie est l’association qui organise depuis une quinzaine d’années la surveillance de la qualité de l’air de nos départements (Ain, Savoie et Haute-Savoie). Elle lance, en coordination avec les pouvoirs publics, les alertes à la pollution. La loi Grenelle fait obligation aux associations agréées de surveillance de la qualité de l’air d’organiser le territoire national avec une seule association par région. Jusqu’à présent, elles sont six en Rhône-Alpes, dont cinq sont déjà regroupées au sein d’un GIE : une dans le Rhône, deux en Isère, une dans la Drôme, une en Ardèche et une pour l’Ain et les Pays de Savoie. Trois régions qui avaient gardé des particularités locales sont aujourd’hui concernées par ce processus de régionalisation (le décret 2010-1268 précise que cette régionalisation doit entrer en vigueur au plus tard le 1er janvier 2012).

Lire la suite...
 

Si certains sont scandalisés par le dernier discours d’Eva Joly, y voyant une menace pour leur France une et indivisible, le MRS se réjouit de voir la candidate écologiste défendre sa position régionaliste.

Invitée à s’exprimer devant le congrès de la fédération Régions et peuples solidaires (regroupant 9 partis régionalistes dont le MRS), Eva Joly s’est présentée comme « la candidate de l’écologie et du fédéralisme ». La candidate d’Europe écologie à l’élection présidentielle a dénoncé le système centralisé unitariste français : « La France n’est pas Paris ». Elle s’est très clairement prononcée pour une VI° République fédérale, parlementaire et citoyenne. Pour Eva Joly, l’autonomie politique des régions va de soi « parce que c’est la norme en Europe ». Réaffirmant le principe du fédéralisme différencié, c'est-à-dire l’idée que chaque territoire a ses spécificité et que chaque région doit donc disposer de compétences larges, de moyens fiscaux propres et de la possibilité d’adapter les lois et règlements à ses besoins propres.

Lire la suite...
 

Le projet immobilier « Centre Ville » à La Ravoire suscite de l’interrogation chez un de nos lecteurs. Il nous fait parvenir cette tribune dans laquelle il interpelle le maire Patrick Mignola. 

La commune de La Ravoire travaille depuis 2006 à un projet de requalification de son centre ville, en concertation avec les habitants. Ce projet  "Centre Ville" a pris la forme d'une Zone d'Aménagement Concerté, la ZAC Valmar, portant sur une surface de 10 hectares du centre de la commune. 1060 logements pour 80 000 m² de SHON (surface hors œuvre nette) y sont prévus, représentant un marché d'environ 240 millions d'euros (estimation: 3000€/m² à la vente). Environ 3000 habitants pourront y être accueillis, la commune en comptant aujourd’hui 8000. Pour La Ravoire, l'enjeu est donc l'un des plus importants des dernières décennies. Symboliquement et quantitativement, c'est un bout de ville majeur qui est en gestation ici, dont l'impact durera des siècles. Au regard des sommes en jeu et du prestige politique d'une telle opération, il semblerait que d'autres forces que démocratiques influencent l'objectivité des décideurs.

Lire la suite...
 

Une de nos lectrices nous fait parvenir la correspondance d’une amie norvégienne. Un témoignage saisissant sur le drame qui a frappé ce petit pays paisible. Entre rage contenue, health interrogations et espoir… 

Oslo, le 26 juillet 2011

Ces derniers jours ont été presque irréels, complètement incompréhensibles, fatigants, effrayants et bouleversants. Je suis sûre que vous avez été informés dans la presse française de ce qui s’est passé ce 22 juillet 2011. Il semble qu’une espèce d’ordure a planifié pendant ces neuf dernières années la façon dont il allait s’y prendre pour attaquer la Norvège et ainsi attirer l’attention sur sa petite personne. Il a d’abord placé une voiture chargée d’explosifs devant les bâtiments de notre gouvernement en plein centre d’Oslo. L’explosion a semé la terreur dans toute la ville et a laissé des bâtiments en ruines. Les vitres et vitrines dans le centre ont explosé, des secousses ont été ressenties à 10 km du lieu de l’explosion et huit personnes ont perdu la vie.

Lire la suite...
 

La Voix a sollicité Louis Besson pour qu’il nous livre une tribune sur le projet du Lyon-Turin, symptoms suite aux manifestations dans le Val di Suza. Il nous fait parvenir ce texte également envoyé à nos confrères.


Les SAVOYARDS, site comme leurs compatriotes de l’HEXAGONE et comme tous les EUROPEENS, buy ont besoin du « LYON/TURIN »


Le projet ferroviaire connu sous le nom de LYON/TURIN est le maillon stratégique d’une infrastructure structurante de tout le Sud européen allant de BARCELONE à BUDAPEST, voire de LISBONNE à KIEV. En effet elle créerait une jonction performante pour 5 000 km de lignes ferroviaires de part et d’autre des ALPES, mettant la SAVOIE et toute la REGION au cœur de l’EUROPE.

Lire la suite...
 


Page 6 de 10

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière