Chronique

Dans La Part du diable de Denis de Rougemont, medications Jo retrouve le mode opératoire du démon qui nous habite. Et découvre que le dragon de l’Apocalypse abuse en fait de nos vertus. 

« La plus belle ruse du diable est de nous persuader qu’il n’existe pas ». C’est par cette citation de Baudelaire que Denis de Rougemont débute La Part du diable, cialis ouvrage écrit en 1942 alors que le Malin s’en donne à cœur joie. Dans ce livre, sickness le philosophe genevois fustige le mythe de la queue crochue et décrit l’œuvre insidieuse de Satan dans notre vie quotidienne. Exposant la réalité de l’action du dragon de l’Apocalypse, il nous met face à nos responsabilités. « Nulle vérité n’est bonne à dire, dans ce sens que chaque vérité comporte une part d’accusation pour notre vie, et tend à déranger cet équilibre de pieux mensonges tacitement admis sans lesquels "l’existence deviendrait impossible" […] 

Lire la suite...
 

En cette période estivale, online retour à l’apocalypse, selon Jo. Il se penche sur le versant ésotérique du texte de Saint Jean et en vient à traquer la fin du temps dans les prés. Serait-il complètement perché ?

Si l’Apocalypse de Saint Jean apparaît comme un texte hermétique, c’est parce que le favori de Jésus est "l’ésotériste" de la bande, celui qui prend la connaissance à sa source, reposant sur le sein du Seigneur. L’ésotérisme, censé conduire à une connaissance intime de la divinité, fut souvent réservé aux membres d’écoles initiatiques dont le langage était truffé de symboles. La TOB (Traduction œcuménique de la Bible) explique d’ailleurs que le symbolisme de l’Apocalypse est destiné à « mettre en valeur le caractère confidentiel du message. Avec ses allégories, ses allusions chiffrées, ses proclamations énigmatiques, la littérature apocalyptique prétend s’adresser à des initiés ; seul ceux qui y ont été appelés peuvent accéder à l’intelligence des secrets divins. »

Lire la suite...
 

Après sa visite du Fion, le professeur Claudius ne veut pas trop se (le) casser. Mais le voilà parti dans une grande réflexion qui l'invite à faire un point salutaire sur ce qui l’anime, au fond.

Ecrire un article ou un papier, comme on dit dans le métier, n’est pas toujours chose facile. Loin de l’image du journaleux qui, posé à la piscine d’un hôtel de luxe, s’épanche à loisir d’une plume alerte et intarissable, un œil sur son calepin et l’autre sur les plastiques féminines, le labeur du modeste gratte-papier est souvent plus proche du moine cistercien que du playboy des quatre étoiles. Ainsi, l’autre jour, vautré dans mon canapé, j’étais bien décidé à mettre un terme à ce qui semblait se profiler comme une belle journée de glandouille. Dans mon champ de vision, à deux mètres devant moi sur une table basse, mon PC HP et sa page word, blanche, immaculée. Le regard perdu au fond de l’écran, le rythme cardiaque fixé à celui du curseur, je me suis mis en quête d’une quelconque inspiration.

Lire la suite...
 

En goguette dans la Yaute, dosage le Professeur Claudius y a découvert une bourgade au nom bien cocasse. Présentation du lieu dit entre description fantasmagorique et jeux de mots à deux balles cinquante.

Situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Thonon-les-Bains et de sa cuvette, le lac Léman, le Fion est une bourgade à la facette riante et sympathique. Contrairement à une rumeur répandue par Eddy Mitchell, ce village ne se trouve pas sur la route de Mes fesses, mais sur celle d’Abondance, en suivant les chemins escarpés, tortueux et étroits de la vallée de la Drance. Petit hameau, avec ses chalets dispersés et ses quelques producteurs d’Abondance, le Fion n’est souvent pas loin d’apparaître aux visiteurs de passage qui le découvrent pour la première fois comme un bled, ou plutôt un trou, voire même pour certains d’entre eux, comme le trou du cul du monde... D’ailleurs, il n’y a qu’une centaine d’habitants installés dans Le Fion.

Lire la suite...
 

L’homme de Neandertal a-t-il été exterminé car il était trop intelligent ? Environ 30 000 ans plus tard, sickness les Bogdanoff se demandent si Cro-Magnon n’était pas vert de jalousie devant cette grosse tête.

Neandertal : un nom taillé dans la roche. Un visage osseux, order massif, impossible. Cet être qui n’est ni un singe ni vraiment un homme est pourtant le premier “Européen” apparu sur notre continent il y a environ 350 000 ans. Cette créature trapue, dotée d’une musculature impressionnante, est longtemps passée pour une brute sans pensée. Avec sa face déformée vers l’avant, ses yeux profondément enchâssés derrière une véritable forteresse osseuse, les préhistoriens du siècle dernier l’ont trouvé d’une telle laideur qu’il leur a d’abord semblé impensable que cet être puisse figurer parmi les ancêtres de l’homme. Et pourtant, cet “homme singe”, cet “animal debout”, recèle un secret extraordinaire. Quelque chose que les premiers anthropologues ont occulté sans même le vouloir, tant cette “chose” leur paraissait invraisemblable : le cerveau de Neandertal est nettement plus gros que le nôtre.

Lire la suite...
 

L’Apocalypse ne se résumera pas à un tsunami ou à un crash de météorite, ni bien sûr à une réforme des retraites. Sur le chemin de la révélation, Jo traque la bête et tente d'y voir plus clair.

« L’Apocalypse se produira-t-elle le 1er février 2019 ? ». C’est ainsi qu’un journaliste du quotidien Aujourd’hui démarra un article sur le risque de collision avec la terre d’une gigantesque météorite. L’Apocalypse, ce serait donc ça ? Un barbecue géant faisant rôtir instantanément une humanité victime d’un hasard dénué de sens ? Il s’agit pourtant avant tout du texte de clôture du best-seller incontesté de la littérature mondiale. « L’Apocalypse conclut le Nouveau Testament, rappelle Jean-Pierre Laurant, historien enseignant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Différent des Evangiles qui sont plus historiques, il se rapproche de l’Ancien Testament et des apocalypses juives évoquées dans les livres de Daniel ou Ezequiel. Le terme grec est apokalupsis qui signifie dévoilement ou révélation. »

Lire la suite...
 

Obnubilé par l’Apocalypse, seek Jo entame un freestyle inspiré par ce texte biblique d’une étonnante actualité. Et si Saint Jean disait vrai ?

Vous n’avez pas remarqué ? Depuis que quelques pilotes amateurs ont choisi d’offrir au monde un sanglant spectacle de sons et lumières, on parle de plus en plus d’Apocalypse. L’écrivain Marc Edouard Nabe s’en était réjoui, percevant Une lueur d’espoir dans les décombres du World Trade Center. Pour lui, le parallèle était évident avec la chute de Babylone décrite dans le texte de l’apôtre Jean. « Ils pleureront sur elle, les rois de la terre… Car une heure a suffi pour que tu sois jugé ! » Bon, neuf ans après le feu d’artifice, Babylone tient toujours. Mais en quel état ? Affaiblie par une croisade contre le terrorisme aux allures de fiasco, approchant de la faillite et du jour où ses bons du trésor ne vaudront plus un clou, sa filiale américaine a bel et bien du plomb dans l’aile et elle pourrait entraîner dans sa chute tout ce qui reste d’Occident. Sommes-nous pour autant à l’âge de l’Apocalypse ?

Lire la suite...
 

Comme chaque été, case les politiques ne s’économisent pas dans le brassage d’air afin de ne pas être emportés dans la bourrasque du remaniement de la rentrée. Voilà pourquoi l’été fut frais.

La France a peur. Chaque année, des millions de personnes vont et viennent au travers de nos perméables frontières. Des gens, pas comme nous, qui confondent reblochon et fromage à raclette, qui mélangent soda et vin, ou, pire, qui préfèrent la mer à la montagne. Tout le territoire est accablé par ce fléau, et cette année encore, comme cela devient une habitude depuis l’été 1940, une horde de chars en provenance des Pays-Bas et d’Allemagne débarquent. Enfin, des caravanes essentiellement, bien que quelques engins volants aient été repérés malgré leur coque de transport. Tous prêts à prendre possession des zones qui leur avaient échappés lors de la Dernière, et ce en dépit des institutionnels rackets au péage. Les Landes et la côte méditerranéenne se voient alors transformées en camping géant – sans Dubosc, faut pas déconner non plus. Lire la suite...

 

MM Domenech, viagra sale Blanc, Woerth ou Sarkozy donnent actuellement une image peu glorieuse à la France. Mais on a les représentants qu’on mérite, non ?

Comme prédit dans notre dernière chronique, l’équipe de France de football s’est faite éliminer de la Coupe du Monde de la FIFA – vous aurez noté la forme passive utilisée à bon escient pour parler du sujet. La déroute semble être un mal contagieux dans ce beau pays. Cela fait pourtant plusieurs semaines que nos moyens d’information nous assènent à grands renforts de sondages Ipsos - Le Parisien - Elle - Canard WC que la retraite à soixante ans c’est « fini, terminé, circulez y’a rien à voir ! » Tous ces efforts conjugués n’ont pourtant pas démotivé deux millions de marcheurs plus ou moins syndicalisés. D’un autre côté, le Mondial étant clos pour l’équipe nationale, il fallait bien trouver une excuse pour beugler sur les chaussés un drapeau dans une main et une bière dans l’autre.

Lire la suite...
 

Les Hainarques n’aiment rien et surtout pas le football. Mais comme ils ne veulent pas critiquer sans connaître, buy ils ont arrêté Plus Belle la Vie et se sont mis au Canal Football Club.

Enfin les beaux jours sont là ! La grisaille et la monotonie inhérentes aux temps hivernaux laissent finalement place à l’effervescence estivale. Marmottes et écureuils, cialis à peine sortis de leur torpeur, déjà batifolent dans les folles prairies de l’insouciance, réchauffant l’atmosphère. Le temps est aux bourgeons, aux fruits sucrés, aux grèves générales. En un mot, à l’amour. Cette année, la confirmation que le climat se réchauffe est accompagnée d’un événement majeur pour tout être humain – dont la fréquence est propre aux années bissextiles : la Coupe du Monde de la FIFA. Il n’y a guère que les apprentis spationautes et leur pâle copie de Secret Story qui échapperont à la vague, que dis-je au tsunami, que représente la compétition. Prouvant ainsi la corrélation qu’il existe entre chaleur accrue et présence de grosses vagues.

Lire la suite...
 


Page 6 de 7

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière