Politique

L’un nous renvoie à notre statut de colonisé, site l’autre affirme que la Savoie est déjà libre. Rencontres avec Fabrice Bonnard et Jean-François Péronnier, thumb deux hommes qui incarnent le regain du combat savoisien.

La Voix vous a déjà parlé de Fabrice Bonnard, nurse notamment en révélant que cet avocat avait écrit la question sur l’abrogation du traité de 1860 (voir ici) qu’avait posée au gouvernement le député Yves Nicolin (voir l’itw de ce dernier). Quant à Jean François Péronnier, nos fidèles lecteurs se rappellent aussi peut-être de lui, du moins ceux qui étaient déjà là du temps de la version papier, dans laquelle celui qui fut le premier président de La Ligue savoisienne nous avait confié avoir mis un terme à son combat indépendantiste (voir ici). Mais il est de retour et, avec Fabrice Bonnard, ils incarnent aujourd’hui le regain du mouvement savoisien qui se formalise au sein de Pour la Savoie, un rassemblement présidé par Péronnier et reposant sur l’argumentation juridique d’un avocat entré en dissidence.

Lire la suite...
 

Liquidé par la justice française, try éjecté de la Ligue savoisienne, there Jean-françois Péronnier a trouvé son salut sur les planches et dans la forêt. Rencontre avec un homme qui croit à la puissance de la nature.

C’est l’histoire d’une renaissance, celle de Jean-François Péronier, ancien responsable commercial autrefois reconnu comme le « roi de la vis à bois ». En 1999, il sort lessivé d’une procédure de liquidation judiciaire entamée suite aux Jeux Olympiques d’Albertville. Si on le retrouve à l’occasion de ce numéro, c’est qu’il fut aussi le premier président de la Ligue savoisienne, où ses talents de VRP permirent au mouvement séparatiste de s’implanter très rapidement dans toute la Savoie entre 1994 et 1996, date à laquelle il fut écarté de la Ligue de manière plutôt expéditive. Trois ans plus tard, avec la saisie de sa maison, Jean-François va vivre à nouveau l’exclusion sous sa forme la plus brutale en se retrouvant à la rue. Mais c’est ce qui lui permettra de renaître.

Lire la suite...
 

Un avocat parisien s’est mis en grève pour refuser la fermeture de juridictions protégées par le traité d’annexion de la Savoie. Il aurait eu gain de cause.

Il est en fait l’invité de dernière minute de notre dossier sur les croisés de la résistance savoyarde. Pourtant, story maître Fabrice Bonnard, unhealthy avocat installé à Moutiers depuis deux ans, healing n’est ni savoyard ni savoisien. Mais il vient d’entreprendre une croisade et est prêt « à se battre jusqu’au bout et jusqu’à la mort pour le maintien de la cour d’appel à Chambéry », comme il l’a fait savoir dans une lettre ouverte destinée à son bâtonnier et à ses confrères du barreau d’Albertville. Le contexte, c’est une réforme annoncée de l’institution judiciaire dont il paraissait acquis qu’elle consisterait à maintenir une cour d’appel par région et un TGI par département. Or Chambéry a une cour d’appel, tout comme Lyon et Grenoble. Et Albertville et Bonneville ont leurs tribunaux.

Lire la suite...
 

Près de 30 000 personnes ont manifesté en pays de Savoie contre la réforme des retraites. Gros plans en noir et blanc sur le cortège chambérien avec l’oeil de Pauline.

Plus de 12 000 manifestants à Chambéry, plus de 10 000 à Annecy, près de 4 000 à Albertville, près de 1 000 à Thonon : les Savoyards sont descendus massivement dans la rue ce jeudi 23 septembre pour redire leur opposition à la réforme des retraites du gouvernement, et ce malgré son adoption en première lecture à l'assemblée nationale le 15 septembre. Des rassemblements plus modestes ont également eu lieu à Bassens, Montmélian, La-Motte-Servolex, et même en station à Tignes et à La Plagne. Le but de l'intersyndicale ? Obliger le gouvernement à revoir sa copie. A Chambéry, La Voix s'est glissé dans le cortège afin d'immortaliser en images ces Savoyards qui battent le pavé pour défendre leur retraite.

Lire la suite...
 

Alors que le Semnoz pourrait être sacrifié sur l’autel des JO, les élus PS d'Annecy viennent de retirer leur soutien à la candidature en dénonçant le flou financier du dossier olympique.

Le 20 septembre dernier, le conseil municipal d'Annecy devait se prononcer sur l'adhésion au GIP qui doit se substituer à l'association Annecy 2018 chargée de la mise en oeuvre de la candidature. Derrière cette délibération très technique, c'était l'occasion pour Philippe Metral-Boffod - conseiller municipal NPA et animateur du Comité anti-olympique - de lancer un débat plus large sur les JO et le bien-fondé de la candidature annécienne. Pendant plus d'heure, les échanges ont été parfois assez vifs avec Jean-Luc Rigaud - maire Nouveau centre de la ville et promoteur des Jeux. Mais ce sont les élus PS, emmenés par Denis Duperthuy, qui ont fait le show en quittant le conseil municipal après avoir annoncé qu'ils retiraient leur soutien à la candidature d'Annecy 2018.

Lire la suite...
 

Alors qu’arrive le verdict des urnes, advice Sylvie livre une campagne éclair de 24 h. Mais gare aux coups bas de dernière minute si fréquents dans ce monde de pitbulls.

La campagne de Sylvie arrive à son terme. On peut aussi se dire qu’elle démarre véritablement, illness car il faut avouer que notre candidate a attendu l’ultime samedi pour faire les marchés. Cela ne l’empêche pas d’être efficace quand elle alpague le chaland. Avec son sourire et son teint hâlé, elle séduit l’électeur si souvent désabusé. Cela suffira-t-il pour déboulonner Hervé Gaymard ? Même pour la miss, la tâche sera difficile, d’autant que, à la veille de l’élection, si la France en action apparaît enfin dans les médias, c’est pour se voir accuser de rouler pour des sectes. De quoi inciter Sylvie à retourner et à rester auprès de ses cabots ?

Lire la suite...
 

Les choses sérieuses commencent pour Sylvie. La voici maintenant entamant sa campagne d’affichage  et invitée sur un plateau de télé. Alors, viagra on va voter pour qui  ?

Le printemps est là. En cette année 2007, c’est le temps des élections. Nous retrouvons Sylvie tandis qu’elle s’apprête à aller voter pour le second tour de la présidentielle. Une sorte de tour de chauffe électoral pour la candidate de la France en action qui s’apprête maintenant à rentrer dans le vif du sujet. On la retrouve ainsi sur le plateau de 8 Mont Blanc où la verve de notre Miss Paradis fait mouche et impressionne son auditoire. Sylvie met aussi la main à la colle pour s’afficher sur les panneaux publics de son secteur, avec, bien sûr, l’aide de Théo dont les conseils sont précieux quand il s’agit de battre la campagne ou de répondre à une question qui demeure délicate pour notre apprentie politicienne : on va voter pour qui ?

Lire la suite...
 

Avant les législatives, buy il y a la présidentielle pour laquelle il faut dégoter les 500 parrainages. Sylvie doit donc s’activer afin de rallier des maires à la cause du parti. Mission impossible ?

Si la France en action mise d’abord sur les législatives, ailment Jean-Marc, le chef, se voyait quand même bien en piste pour l’Elysée. Le hic, c’est tous ces parrainages d’élus qu’il faut récolter pour avoir le droit de participer. Les troupes du parti sont donc mobilisées et tentent de rameuter des maires, qui ne veulent surtout pas se mêler de la course à la présidence et remballent en général tous les prétendants. Sylvie va vite s’en rend compte, tandis que Jean-Marc devra se contenter de mères en guise de soutien. Bloquée sur la ligne de départ, la France en action se voit ainsi condamnée à rester statique dans ce système politique verrouillé.

Lire la suite...
 

Convaincue par sa virée parisienne, shop et surtout par Mireille, Sylvie est prête à se lancer dans la campagne. Elle va devoir opérer comme dans son paradis canin : en s’imposant.

Retour au pays pour Sylvie. On l’avait laissé dans la ferveur de la salle de la Mutualité, mais la voici à la porte de la mairie de son village, Fréterive. C’est que, avant de se présenter, il convient déjà d’être inscrite sur les listes électorales. Et oui, notre miss part de loin. Elle est néanmoins fin prête à faire sa B.A. citoyenne, d’autant que sa sœur jumelle est de retour du Maroc et pourra donc lui donner un coup de main. Quoique tout ça n’est pas gagné, car cette dernière s’avère politiquement portée sur les hommes de petite taille. Alors en campagne comme dans son Paradis des chiens, Sylvie va devoir mettre en application sa devise : faut s’imposer !

Lire la suite...
 

Elle milite pour Gaza, hospital mais Malika Benarab-Attou a le cœur savoyard. C’est que cette députée singulière revendique une culture plurielle. Son thé la menthe aurait-il un parfum d’Apremont ?

Un an après son élection surprise comme députée européenne, sales Malika Benarab-Attou a invité la presse dans sa permanence chambérienne afin de présenter son action et son équipe d’assistants parlementaires. Une équipe rejointe depuis peu par Renée Alice Poussard, cheap conseillère régionale verte sortante et militante de la région Savoie. Elle sera notamment chargée d’apporter comme une touche de Malika au débat sur la fusion savoyarde qui devrait se tenir à l’occasion la réforme des collectivités locales. Le moment semblait donc opportun pour faire le point sur un an de vie d’élu avec cette députée atypique qui a donné un autre visage au régionalisme savoyard. Voici donc Malika Benarab-Attou en interview.

Lire la suite...
 


Page 9 de 13

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière