Azzedine Zalif a souhaité une union sacrée contre Dominique Dord à Aix-les-Bains, ask de la gauche au Front National. Mais il jette aujourd'hui l'éponge. Interview d'un déçu de la politique.

Nos fidèles lecteurs se rappellent sans doute des quelques tribunes qu'il a publiées dans La Voix sous le nom verlano-savoyardisé de Filaz. Notamment Salam arvikoum dans laquelle ce Savoyard d'origine maghrébine mêlait notre patois à l'arabe pour revendiquer son appartenance multiple (voir ici). L'homme est aussi conseiller municipal à Aix-les-Bains, pill élu en 2008 sur la liste socialiste. Pour la prochaine élection, viagra 60mg alors que deux listes de gauche et une du Front National sont annoncées, cette dispersion ouvre selon lui un boulevard au maire sortant qu'il accuse d'avoir tué la ville (voir ici). Il a donc proposé une union sacrée anti-Dord. Un projet qui n'a pas abouti, car Azzedine n'a pas réussi à fédérer les mécontents au delà des clivages politiques ou communautaires. Il jette aujourd'hui son éponge citoyenne et c'est un abstentionniste en devenir qui répond à nos questions. Un Aixois qui va rejoindre le premier parti de France.

Azzedine, d'où est venue votre envie de faire une liste pour les municipales à Aix-les-Bains ?

C'était pendant une interview que je donnais à L'Hebdo des Savoie. En fait, l'idée était de rassembler les déçus de Dominique Dord présents sur les quatre listes. Car je crois qu'il y a un électorat susceptible de voter pour ceux qui pourraient garantir qu'Aix retrouvera ses lettres de noblesse. C'est sûr qu'il sera difficile de défaire ce qu'a fait Dominique Dord, à moins de bombarder le bord du lac. Mais il faut stopper sa folie bétonnière et redonner à Aix ce qui a fait sa renommée.

Dominique Dord n'a-t-il pas déjà redonné à Aix un certain prestige ?

Grace à lui, on devrait surtout être la ville aux quatre parpaings à la place des quatre fleurs ! Quand on voit ce qui a été construit vers la piscine, c'est une destruction programmée des arbres. On a défiguré et enlaidi la ville. Alors certes, si l'on trouve que le béton c'est beau, on doit apprécier. Mais même au niveau architectural, c'est de la mauvaise qualité. Des constructions qui finiront par être rasées.

Au niveau des constructions très contestables, vous noterez tout de même que Dominique Dord est le seul député savoyard à s'opposer au projet Lyon-Turin.

Au début, il était pour. Mais en bonne girouette, il a vu que les gens étaient maintenant contre et il n'avait donc plus trop d'autre choix.

Côté français, l'opposition au Lyon-Turin n'est pas si marquée, et la plupart des grands élus continuent de soutenir le projet. Dominique Dord a surtout été sensibilisé par l'évolution du trafic qui n'était pas celui annoncé, et donc par un projet qui devenait de moins en moins pertinent.

Je n'ai pas vraiment suivi ce dossier, mais il doit y avoir anguille sous roche... Dois aussi certainement jouer le fait que cela ne concerne pas vraiment sa circonscription. Avec le Lyon-Turin, il ne pourra pas faire manger ses bétonneurs habituels. Et qu'il soit le seul à se prononcer contre peut jouer à son avantage en montrant qu'il sent mieux que les autres l'évolution de l'opinion. Enfin, au niveau ferroviaire, il s'était déclaré pour le doublement de la voie ferrée Aix-Annecy, mais il n'a jamais rien fait.

Bref, vous n'accordez aucun crédit au maire d'Aix-les-Bains. Et votre but était donc de siphonner les quatre listes en récupérant les anti-Dord.

C'était surtout d'inciter à voter tous ceux qui s'abstiennent et ne se retrouvent pas dans ces listes. Ceux qui se rappellent des promesses non tenues du maire : la médiathèque, la salle des fêtes, le retour des 40 000 curistes. A la place, on a eu tout ce béton qu'il n'avait pourtant pas promis, mais qui lui permet de dire qu'il a fait quelque chose pour la ville.

La dernière fois, vous étiez sur la liste de Fabrice Maucci. Pourquoi ne pas repartir avec lui ?

C'est celui dont je me sens le plus proche, mais je n'ai pas l'impression qu'il est là pour gagner. Il m'a demandé de le rejoindre, mais quand j'ai vu sa façon de démarrer sa campagne, j'ai trouvé qu'il se lançait comme en 2008, avec un gros problème de communication. Il a par exemple refusé d'aller voir le rabbin de la communauté juive. De peur d'être taxé de communautariste, il refuse de prendre en considération une communauté qui est ici très visible. Je trouve au contraire qu'il faut discuter avec ses représentants, et ne pas se limiter à faire du porte à porte.

Souhaitez-vous fédérer les différentes communautés ?

Oui, dans une union sacrée contre Dord. Quels que soient les partis, les clivages, rassembler tous les amoureux d'Aix. Ceux qui déplorent la fin des thermes, la disparition des commerces, celle du charme du bord du lac dans cette ville où le maire n'habite pas. Comment peut-on accepter ça ?

Vous espériez ainsi une fusion de toutes les listes contre Dord. Y compris celle du Front National ?

Oui, tout le monde. Quand on voit le massacre qui a été fait au Tillet, si les gens sont d'accord pour trouver que c'est une horreur, on ne va pas leur demander s'ils sont au FN. Tant que les gens aiment leur ville, on n'a pas à se préoccuper de considération politiques nationales. C'est comme le fait d'aimer la Savoie et de se sentir savoyard, ce n'est pas réservé aux Savoyards de souche. Il faut dépasser tous ces clivages.

Avez-vous réussi à convaincre ?

J'ai juste lancé cet appel en octobre dernier dans L'Hebdo. Je pensais qu'il serait repris dans Le Dauphiné et L'Essor, vu que je suis quand même conseiller municipal. Or personne n'en a parlé. Malgré mes sollicitations, on m'a complètement ignoré. Mais je n'avais pas envie de faire du forcing auprès des gens, et je pensais que passer par la presse serait le bon moyen de savoir si des gens étaient intéressés.

L'article de L'Hebdo n'a pas provoqué de réactions d'adhésion ?

Non, donc j'ai contacté le journaliste pour lui dire que la proposition d'union sacrée n'avait pas été suivie, et est alors venue l'idée de faire une cinquième liste avec des déçus de Dord.

Et là, l'appel a été entendu ?

Une seule personne m'a contacté, un déçu de la liste Maucci. Mais après lui avoir exposé ce que je pensais, cette idée de dépasser les clivages, je n'ai plus eu de réponse.

Pensiez-vous pouvoir être l'homme de la situation ?

J'aurais bien voulu être un catalyseur qui rassemble des gens différents. J'ai par exemple proposé à l'ex adjoint de Dord, Serge Gathier, de venir. Mais il a finalement rejoint la liste du Front National.

On vous reproche d'avoir déserté le conseil municipal en n'y siégeant plus depuis fort longtemps.

Déjà, j'ai un travail qui commence tôt et finit tard. Et puis à quoi bon assister au conseil municipal quand on voit les résultats obtenus par l'opposition et la façon dont Dominique Dord nous considère ? Je suis content de ne pas avoir perdu mon temps là-bas, surtout que j'aurais pu finir par perdre mes nerfs face à l'attitude du maire et ce simulacre de démocratie. Mais en fait, ce qui m'a poussé à ne plus siéger, c'est le vote de mes colistiers qui ne se sont même pas opposés au projet du Tillet, où sous couvert de réhabilitation écolo, on a rasé des arbres en pleine période de nidification pour construire un port à barques dont on n'avait pas besoin.

Selon vous, pourquoi personne ne vous suit ?

Je ne sais pas... Peut-être qu'on ne connait pas mon nom... On ne sait pas si c'est Azzedine ou Zalif ! Je crois surtout qu'on ne se mobilise guère à Aix pour les élections municipales. La plupart des Aixois pensent que c'est joué d'avance et que la droite est sûre de l'emporter. Pourtant, on n'est pas à Nice où ce genre de ville de la Côte d'Azur. Et si les abstentionnistes se mobilisaient, on pourrait créer une dynamique différente.

Reste que vous parlez dans le vide...

Oui, un peu. Et prendre conscience de cela a modifié mon attitude. Du coup, là, je ne compte plus aller voter.

Cette union sacrée que vous proposiez, c'était votre dernier acte politique ?

Oui, car les responsables politiques ne comprennent pas ce besoin d'union sacrée. Et aucun citoyen n'a répondu à mon appel pour lancer une cinquième liste dépassant les clivages. Tout ceci s'ajoutant à mon dégoût de François Hollande dont j'attendais un vrai changement, je pense même bientôt déchirer ma carte d'électeur...

Propos recueillis par Brice Perrier

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière