Culture

Démarre ce soir la nouvelle édition du Festival du film rural de La Biolle. Le rendez-vous devenu incontournable des cinéphiles savoyards, look non réservé aux campagnards.

Comme chaque année à pareille époque, il est de retour. Non, je ne parle pas du brouillard de novembre mais du Festival du film rural qui rallumera ses projecteurs ce soir à La Biolle. Idée singulière, voire saugrenue, d’associer cinéma et ruralité, de faire rimer caméra et colza, travelling et tracteurs, plans américains et plans de tomate. Né en 1985 dans les cerveaux d’une poignée de Biollans le concept a, depuis, si bien fait son trou que le Festival du film de La Biolle est désormais un rendez-vous cinéphilique incontournable en Savoie. Pour cette 28e édition, la bourgade verdoyante de l’Albanais tentera une nouvelle fois la gageure sur cinq jours. Jusqu’à dimanche, onze longs-métrages seront ainsi présentés, la plupart d’entre eux suivis d’échanges et de débats avec les réalisateurs ou les acteurs des films.

Lire la suite...
 

Un nouveau confrère a pris place dans la galaxie médiatique savoyarde, hospital Le prétexte. Un agenda culturel sélectionnant les événements avec une subjectivité qui donne envie de sortir.

Depuis la fin du printemps dernier, viagra dosage un agenda culturel « nouvelle génération » s’est fait remarquer en bourrant nos boîtes mails de ces fameux SPAM. Ceux qui ont surmonté leur réticence à cliquer sur ce message d’un genre habituellement gonflant - mais qui cette fois vous veut du bien - ont pu, depuis, entrer dans un tunnel ininterrompu de concerts, spectacles, bons plans et manifestations plus ou moins undergrounds et de tous poils. Comment ces mails ont-ils pu arriver dans ma boîte ? C’est ce que commence par me confier, une bière à la main en terrasse d’un bar chambérien par une glaciale soirée de septembre, l’un des co-fondateurs de cet agenda dénommé Le Prétexte, Gaspar Bouillat-Johnson. « Au moment de lancer cette newsletter le 14 juin, on a simplement rassemblé le plus d’adresses possibles en récupérant tous les contacts de nos mails groupés… On n’était que quatre, mais ça faisait déjà pas mal de contacts, environ 500 adresses, et ensuite ça a fait boule de neige. »

Lire la suite...
 

Alors que la Biennale du livre savoyard fête ses 25 ans, hospital Michel Duret, remedy président des Amis de Viuz-Faverges, pharmacy nous présente le programme de ce rendez-vous culturel devenu incontournable.

Ce week-end, à Faverges, se tiendra la 13e biennale du livre savoyard. Un événement qui rassemblera 57 exposants, à savoir 42 auteurs, 12 éditeurs, 14 associations et un libraire-bouquiniste. Un beau panel représentant la richesse de notre culture savoyarde, une culture que s’attache à défendre et à promouvoir l’association des Amis de Viuz-Faverges, l’organisatrice de cet événement. Nous avons invité son président à nous en parler afin de vous présenter ce salon du livre pas tout à fait comme les autres. Amoureux de notre patrimoine et de notre histoire, Michel Duret est un instituteur retraité qui a durant toute sa carrière enseigné à ses élèves que 70 et 90 se prononcent ici septante et nonante. « J’utilisais aussi beaucoup de mots savoyards, car je ne savais pas comment les dire en français ! », ajoute-t-il. C’est néanmoins sans chercher ses mots dans la langue de Molière qu’il nous dévoile le programme de cette 13e biennale.

Lire la suite...
 

De l’Antiquité au XXe siècle, de grands noms de la littérature ont évoqué la Savoie dans leurs écrits. Rémi Mogenet les a tous rassemblés dans un livre idéal pour votre été. Interview.

A noël dernier, nous avions convié notre ami Rémi Mogenet à nous parler de son livre sur les écrivains savoyards du XXe siècle, qui constituait un joli cadeau à glisser sous le sapin. Aujourd’hui, alors que l’été commence à s’installer, c’est un ouvrage à lire sur la plage que l’on vous invite à découvrir, toujours signé du même sieur Mogenet. Et pour tout dire, sa dernière livraison nous a davantage plu que la précédente. Avec Ecrivains en Pays de Savoie, c’est un formidable voyage dans le temps qu’il nous propose, un périple où nous sommes accompagnés non pas d’écrivains savoyards mais d’écrivains qui parlent de la Savoie. Et pas n’importe lesquels : Goethe, Chateaubriand, Alexandre Dumas, Balzac, Gide, Stendahl, Victor Hugo, et j’en passe. On ne se doutait pas que tant de plumes de renom avaient écrit sur nos cimes et nos vallées, de l'Antiquité à nos jours. Heureusement que Rémi est une fois de plus là pour nous éclairer, et enchanter votre été de ses belles lettres.

Lire la suite...
 

Alors que Chambéry fête les 300 ans de la naissance de Rousseau, viagra sale il convient de se rappeler qu’elle est surtout la ville de Joseph de Maistre. Petit comparatif de ces deux grands penseurs.

A Chambéry, pill deux symboles se font face : Jean-Jacques Rousseau et Joseph de Maistre. Tous les deux ont leurs statues dans la cité, le second étant accompagné de son frère Xavier. Mais seul Maistre, qui s’opposa radicalement au Genevois. est foncièrement chambérien. Rousseau n’a été que de passage ; il ne se reconnut jamais sujet du duc de Savoie. Et s’il dit du bien des Savoyards dans les Confessions, il les assimila, dans La Nouvelle Héloïse, au catholicisme et au royalisme, pour lui ennemis de la liberté. La Profession de foi du vicaire savoyard, certes, rendait hommage à un Savoyard, mais qui avait été rejeté par sa hiérarchie pour de mauvaises raisons, et qui prônait le relativisme religieux - faisait même l’éloge du protestantisme contre le catholicisme. C’était au fond une résurgence de François Bonivard, le Savoyard qui prit le parti de Genève contre le duc Charles III et du protestantisme contre le Pape. La Nouvelle Héloïse le présente ainsi comme atypique.

Lire la suite...
 

Amis lecteurs, try le temps est revenu d’évaluer votre connaissance de la Savoie d’hier et surtout d’aujourd’hui avec le grand test de l’été 2012. Et au final, thumb une journée d’exception à gagner.

Cette fois ça y est, c’est l’été. Et comme chaque année, il revient, telle une ritournelle, se faire une place entre le monoï, les mots croisés de Télé 7 jours et les piquouzes de mosquitos, j’ai nommé : notre Grand test de l’été. Une quatrième édition qui va autant faire souffler un coup de fraîcheur sur vos vacances, que faire chauffer vos neurones anesthésiés par la chaleur. Alors, ami lecteur d’Evian ou de Chamonix, de Modane ou de d’Aix les Bains, finis ton demi, lâche ton cône glacé, redresse-toi sur ta chaise ou ta serviette, trouve au plus vite une position idéale et tiens-toi prêt à jouer. Vous allez, une fois encore, revisiter la Savoie à travers  une vingtaine de questions d’histoire, d’actualités, de sport, de politique, de people et bien sûr de patois, et peut-être, grâce à La Voix, partager l’intimité de personnalités savoyardes qui le temps d’une journée vous dévoileront leur quotidien… Alors, on y va ? C’est parti !

Lire la suite...

 

Monstre ! est de retour avec un nouvel EP téléchargeable gratuitement. Alors profitez de ce fight musical avec Burp Reynolds et rincez-vous les oreilles au bon son savoyard.

On vous avait présenté le groupe Monstre ! en décembre dernier, remedy à l’occasion de la sortie de leur dernière galette, Inside living animals (voir notre article). Et bien sachez que ces bêtes de scènes ont remis ça en studio pour nous livrer une nouvelle production pêchue, un EP intitulé Monstre ! vs Burp Reynolds. De la version pop rock au remix électro, leur fight musical sera téléchargeable gratuitement pendant quelques temps, si vous cliquez sur ce lien. Alors faut pas se gêner et faire tourner, car Monstre !, c’est du bon son made in Savoué.


 

Face à la théâtralisation de la crise, Francis Colonel et Olivier Berardi prennent le parti d’en rire sur scène à Chambéry avec une pièce d’anticipation : L’année des haricots blancs.

Imaginez qu’un gouvernement dont l’économie est aux abois, décide de fermer les frontières et d’imposer l’autarcie au pays. Des voix s’élèvent contre cette dictature du marché national, qui fatalement, seront réprimées. Ce système peut-il perdurer et quelles en seront les conséquences ? Un homme s’y oppose. Personnage réfractaire, bougon, raisonneur, légèrement asocial, indigné, il est banni sur un îlot désert quelque part dans les Dom Tom. Condamné pour résistance au SPO, Service de publicité obligatoire, il lutte contre la solitude, les éléments et un sort contraire. Ainsi débute L’année des haricots blancs, une pièce écrite et interprétée par Francis Colonel. Un homme avec qui la tragédie se fait comique, comme on va le découvrir au Totem à Chambéry cette semaine avec au programmes trois représentations mises en scène par Olivier Bérardi, l’homme de la TVnet citoyenne qui est d'abord un vrai théatreux, même s'il joue au journaliste.

Lire la suite...
 

Il voit la vie en bleue et la met en musique comme personne. Alors en ces temps de crise, adiposity Sébastien Tellier fait figure d’homme providentiel. Et oui, here ses pépitos font plus rêver que le flamby.

« Il faut que tout change pour que tout reste pareil. » Cette contradiction prononcée par je-ne-sais-plus-qui pourrait parfaitement coller à la silhouette imposante de Sébastien Tellier, ce personnage complexe qui semble trouver sa vérité dans un renouvellement permanent. Autant énigmatique que charismatique, le french-singer, qui se revendique comme l’enfant illégitime d’une nuit d’ivresse entre Jean-Michel Jarre, Christophe et Polnareff, partage d’ailleurs avec l’auteur de Good bye Marylou une vie en dents de scie faite de hauts et de bas aussi vertigineux qu’admirables. Mais c’est tout au sommet de la pop que se situe son nouvel album, My god is blue, un hymne à Dieu et au bleu. Elixir musical exquis, il aurait été concocté par ce sympathique gourou à l’aide de drôles de pépitos aux propriétés stupéfiantes. Entre autres…

Lire la suite...
 

Dans la lignée des polars de Simenon, drugs Roger Moiroud nous immerge dans le quotidien d’un commissaire de police amoureux de la nature et de la bonne chair, entre Aix-les-Bains, le Revard et la Dent du chat.

Les romans policiers de l’auteur savoyard Roger Moiroud se déroulent entièrement sur les rives du lac du Bourget. Crime à Saint-Inn, Le Revard pour linceul, Mort sur le golf, Cadavres aixois et L’étrange affaire de Technolac nous racontent ainsi les aventures du commissaire Philibert Féra et de son acolyte Durieux, occupés à démêler d’étranges affaires sur la commune d’Aix-les-Bains. Qui aurait cru que la cité thermale comptait autant de crimes à élucider ? Tout est heureusement imaginaire, nous rassure Roger Moiroud. Les similitudes sont néanmoins réelles entre l’auteur et le personnage. Déjà, les deux sont nés à Aix. Après des études à Grenoble, Féra est monté à Paris et a débuté sa carrière à Saint-Cloud avant de revenir dans sa ville natale profiter des charmes de la région. Un parcours qui donne bel et bien à ce commissaire un air d’avatar.

Lire la suite...
 


Page 2 de 8

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière