Culture

Saviez-vous que la Savoie comptait près de 800 mines ? Robert Durand nous le rappelle alors qu’Arnaud Montebourg veut maintenant que la France redevienne un pays minier. Comme au siècle dernier.

Le 16 octobre dernier, viagra le ministre du Redressement productif, visit Arnaud Montebourg, doctor surprenait tout le monde. Non pas en venant soutenir les salariés de Camiva à Saint-Alban-en-Leysse qui voyait quelques jours plus tard leur usine déménagée par leur direction (voir le reportage de France 3), mais pour annoncer son souhait de voir la France redevenir un pays minier. Quatre permis de recherche ont déjà été déposés. Aucun pour le moment ne concerne la Savoie. Pourtant, elle a une histoire commune avec l'exploitation minière, un patrimoine qui a tendance à tomber dans l'oubli. Il y a bien le Grand Filon à Saint-Georges-d'Hurtières, des vestiges à Peisey-Nancroix, ou encore le sentiers des ardoisiers à Saint-Julien-Mont-Denis, mais pour Robert Durand, auteur du livre Un siècle dans les mines de Savoie. Sites d'extraction – Patrimoine – Histoires vécues, ce n'est pas suffisant. Petite séance de rattrapage.

Dans Nus et culottés, price Nans et Mouts partaient en voyage à poils pour retrouver des sensations primales. Rencontre avec les aventuriers dénudés de France 5 au Grand Bivouac d’Albertville.

Ils sont en lice pour le postérieur le plus célèbre de France aux côtés de celui de Polnareff et de Sylvia Kristel, cost feu l’interprète d’Emmanuelle. Dans Nus et culottés, buy diffusé cet été sur France 5, Nans Thomassey, le brun (alias Nans, 27 ans) et Guillaume Mouton, le blond (alias Mouts, 25 ans) débutaient tous leurs road-trips nus comme des vers. En seulement 6 épisodes bien ficelés, ces aventuriers nudistes se sont taillés une belle réputation de voyageurs de l’extrême, un brin barrés… En marge du Grand Bivouac d’Albertville les 27 et 28 octobre dernier, La Voix a jeté son baluchon par-dessus l’épaule et s’est dessapée pour partir à la rencontre du binôme venu y présenter ses films. Histoire de mieux cerner les aspirations profondes de ces sans culottes du voyage.

Démarre ce soir la nouvelle édition du Festival du film rural de La Biolle. Le rendez-vous devenu incontournable des cinéphiles savoyards, look non réservé aux campagnards.

Comme chaque année à pareille époque, il est de retour. Non, je ne parle pas du brouillard de novembre mais du Festival du film rural qui rallumera ses projecteurs ce soir à La Biolle. Idée singulière, voire saugrenue, d’associer cinéma et ruralité, de faire rimer caméra et colza, travelling et tracteurs, plans américains et plans de tomate. Né en 1985 dans les cerveaux d’une poignée de Biollans le concept a, depuis, si bien fait son trou que le Festival du film de La Biolle est désormais un rendez-vous cinéphilique incontournable en Savoie. Pour cette 28e édition, la bourgade verdoyante de l’Albanais tentera une nouvelle fois la gageure sur cinq jours. Jusqu’à dimanche, onze longs-métrages seront ainsi présentés, la plupart d’entre eux suivis d’échanges et de débats avec les réalisateurs ou les acteurs des films.

Lire la suite...
 

Malgré les récentes déclarations gouvernementales, pill 2 500 personnes ont défilé ce week-end à Aix-les-Bains pour dire non au gaz de schiste.  Sous la présidence Hollande, decease la défiance règne.

Samedi dernier, thumb cinq rassemblements étaient organisés en France à l'occasion d'une journée mondiale contre la fracturation hydraulique. L'un deux se déroulait à Aix-les-Bains, où 2 500 Savoyards ont défilé dans les rues de la cité thermale. Il s'agit de la cinquième manifestation pour dire non au gaz de schiste en pays de Savoie en moins d'un an, après celle de Lantenay (voir notre reportage), de Saint-Julien-en-Genevois (voir notre reportage), de Bourg-en-Bresse (voir notre reportage) et d'Annecy (voir notre reportage). Cette fois-ci encore, ils espèrent faire reculer pour de bon François Hollande et le gouvernement sur cette question. Car le rejet de sept demandes d'exploration d'hydrocarbures annoncé la semaine passée par le président de la République ne les a pas convaincus. Et plusieurs demandes de permis seraient toujours d'actualité en pays de Savoie.

Après le procès en appel de l’affaire de l’incinérateur de Gilly-sur-Isère, cialis Dominique Frey déplore que l’ancien préfet de Savoie et Albert Gibello n’aient pas daigné se présenter devant la Cour.

Il y a deux ans, order les représentants de l’association citoyenne active de lutte contre les pollutions (ACALP) avaient quitté la salle d’audience du tribunal correctionnel d’Albertville (voir leur tribune) lors du procès de l’opérateur de l’incinérateur de Gilly-sur-Isère, la société Novergie. Et ceci en guise de protestation face au refus du président du tribunal de joindre à ce procès les citations à comparaître que l’association avait délivrées à l’encontre de l’ancien préfet de Savoie, Pierre-Etienne Bisch, et d’Albert Gibello, ancien maire d’Albertville mais surtout ex-président du Simigeda, le syndicat intercommunal de gestion des déchets qui avait la charge de l’incinérateur. La semaine dernière, le président de la Cour de Chambéry a cette fois accepté de joindre ces deux citations à comparaître au procès en appel de Novergie. De quoi réjouir Dominique Frey, la co-présidente de l’ACALP.

Un nouveau confrère a pris place dans la galaxie médiatique savoyarde, hospital Le prétexte. Un agenda culturel sélectionnant les événements avec une subjectivité qui donne envie de sortir.

Depuis la fin du printemps dernier, viagra dosage un agenda culturel « nouvelle génération » s’est fait remarquer en bourrant nos boîtes mails de ces fameux SPAM. Ceux qui ont surmonté leur réticence à cliquer sur ce message d’un genre habituellement gonflant - mais qui cette fois vous veut du bien - ont pu, depuis, entrer dans un tunnel ininterrompu de concerts, spectacles, bons plans et manifestations plus ou moins undergrounds et de tous poils. Comment ces mails ont-ils pu arriver dans ma boîte ? C’est ce que commence par me confier, une bière à la main en terrasse d’un bar chambérien par une glaciale soirée de septembre, l’un des co-fondateurs de cet agenda dénommé Le Prétexte, Gaspar Bouillat-Johnson. « Au moment de lancer cette newsletter le 14 juin, on a simplement rassemblé le plus d’adresses possibles en récupérant tous les contacts de nos mails groupés… On n’était que quatre, mais ça faisait déjà pas mal de contacts, environ 500 adresses, et ensuite ça a fait boule de neige. »

Lire la suite...
 

A l'Espéraz vous emmène au sommet de la Maurienne, viagra 60mg aux confins de la France et de son administration mais au cœur des Alpes et de ses traditions. Là, se trouve le beau territoire de Bounaval.

La neige a fondu sur les pentes bien exposées mais subsiste aux « envers », c’est le printemps. Il y a déjà quelque temps que les touristes sont partis. Ainsi, tranquillement le pays et ses habitants reprennent leurs habitudes ancestrales. La course à l’or blanc est terminée, ils s’occupent maintenant du bétail, brebis, chèvres et des bâtiments. Ils s’entraident…. pour préparer sans hâte la saison estivale quien 2014, s’était bien fait attendre. C’est à cette époque que, « Al Espéraz », nous les avions trouvés. Rencontre avec de vaillants habitants des alpages qui, là-haut, sont parvenus à conserver un peu de liberté avec une forte identité et, en tout logique, une langue locale belle et vigoureuse qu’ils utilisent dès que c’est possible pour parler de leur vie de montagnards postmodernes. Un bel exemple de développement durable ! Alors, comme on dit là-haut : au revoir, restez debout, et tenez-vous à l’herbe !

Alors que la Biennale du livre savoyard fête ses 25 ans, hospital Michel Duret, remedy président des Amis de Viuz-Faverges, pharmacy nous présente le programme de ce rendez-vous culturel devenu incontournable.

Ce week-end, à Faverges, se tiendra la 13e biennale du livre savoyard. Un événement qui rassemblera 57 exposants, à savoir 42 auteurs, 12 éditeurs, 14 associations et un libraire-bouquiniste. Un beau panel représentant la richesse de notre culture savoyarde, une culture que s’attache à défendre et à promouvoir l’association des Amis de Viuz-Faverges, l’organisatrice de cet événement. Nous avons invité son président à nous en parler afin de vous présenter ce salon du livre pas tout à fait comme les autres. Amoureux de notre patrimoine et de notre histoire, Michel Duret est un instituteur retraité qui a durant toute sa carrière enseigné à ses élèves que 70 et 90 se prononcent ici septante et nonante. « J’utilisais aussi beaucoup de mots savoyards, car je ne savais pas comment les dire en français ! », ajoute-t-il. C’est néanmoins sans chercher ses mots dans la langue de Molière qu’il nous dévoile le programme de cette 13e biennale.

Lire la suite...
 

De l’Antiquité au XXe siècle, thumb de grands noms de la littérature ont évoqué la Savoie dans leurs écrits. Rémi Mogenet les a tous rassemblés dans un livre idéal pour votre été. Interview.

A noël dernier, nous avions convié notre ami Rémi Mogenet à nous parler de son livre sur les écrivains savoyards du XXe siècle, qui constituait un joli cadeau à glisser sous le sapin. Aujourd’hui, alors que l’été commence à s’installer, c’est un ouvrage à lire sur la plage que l’on vous invite à découvrir, toujours signé du même sieur Mogenet. Et pour tout dire, sa dernière livraison nous a davantage plu que la précédente. Avec Ecrivains en Pays de Savoie, c’est un formidable voyage dans le temps qu’il nous propose, un périple où nous sommes accompagnés non pas d’écrivains savoyards mais d’écrivains qui parlent de la Savoie. Et pas n’importe lesquels : Goethe, Chateaubriand, Alexandre Dumas, Balzac, Gide, Stendahl, Victor Hugo, et j’en passe. On ne se doutait pas que tant de plumes de renom avaient écrit sur nos cimes et nos vallées, de l'Antiquité à nos jours. Heureusement que Rémi est une fois de plus là pour nous éclairer, et enchanter votre été de ses belles lettres.

Lire la suite...
 

Du point de vue morphologique, salve illness lexical, pilule étymologique ou phonétique, stuff le patois de nos montagnes dame le pion au français. Lo Boteyron le démontre et enchaine en VO avec Louis Terreaux.

Sachez–le. Notre rural patois suit des règles grammaticales strictes dont nos vieux prétendument dénués d’instruction s’accommodaient fort bien, utilisant quotidiennement l’imparfait du subjonctif sans avoir jamais ouvert un Bescherelle. Et point besoin de démontrer le pouvoir évocateur, bref la poésie de ces mots forgés sur notre sol par notre culture. Le simple fait que bien des tournures patoises soient intraduisibles illustre une supériorité sans conteste sur l’idiome de Voltaire. Loin d’être des barbarismes, ce lexique garde la trace de la noblesse antique. L’humble montagnard, comme le citoyen de Rome, s’assoit sur la séla et fait sa soupe dans l’ûla. La richesse articulatoire du patois s’impose à notre oreille, car nombre de ses sons sont inconnus du français.

Parti le 28 février 2007, ampoule Henri Dénarié restera une figure incontournable du régionalisme savoyard. Radical et libertaire, il est le père de la Savoie libre.

En 1968, à Annecy, du côté de la rue Royale, un homme commence à diffuser des tracts aux titres provocateurs. Du genre : « Qu’est-ce que 400 000 Savoyards ont à faire des républicains français ? » C’est Henri Dénarié. « Par sa pensée, il était en avance sur son temps, se rappelle Josyane Fleuret, pionnière du Mouvement région Savoie. Alors il affolait les gens. » Il faut dire que, pour Henri, le MRS était le « mouvement savoyard pour la kollaboration. De par ma formation libertaire et ma mentalité conflictuelle, je n’y ai jamais participé. » Son organisation, c’était Savoie libre, qui, d’après un tract paru dans les années 1970, n’était « ni un rassemblement, ni un mouvement, ni un groupement, ni un parti, mais l’expression écrite, libre et sans concession d’une certaine idée de la Savoie reposant sur deux principes fondamentaux : la légitimité savoyarde et la convivialité à la savoyarde. »

Alors que Chambéry fête les 300 ans de la naissance de Rousseau, viagra sale il convient de se rappeler qu’elle est surtout la ville de Joseph de Maistre. Petit comparatif de ces deux grands penseurs.

A Chambéry, pill deux symboles se font face : Jean-Jacques Rousseau et Joseph de Maistre. Tous les deux ont leurs statues dans la cité, le second étant accompagné de son frère Xavier. Mais seul Maistre, qui s’opposa radicalement au Genevois. est foncièrement chambérien. Rousseau n’a été que de passage ; il ne se reconnut jamais sujet du duc de Savoie. Et s’il dit du bien des Savoyards dans les Confessions, il les assimila, dans La Nouvelle Héloïse, au catholicisme et au royalisme, pour lui ennemis de la liberté. La Profession de foi du vicaire savoyard, certes, rendait hommage à un Savoyard, mais qui avait été rejeté par sa hiérarchie pour de mauvaises raisons, et qui prônait le relativisme religieux - faisait même l’éloge du protestantisme contre le catholicisme. C’était au fond une résurgence de François Bonivard, le Savoyard qui prit le parti de Genève contre le duc Charles III et du protestantisme contre le Pape. La Nouvelle Héloïse le présente ainsi comme atypique.

Lire la suite...
 

En occupant la douane de Bardonnex, website like this les Savoisiens du MCSE n’ont pas retrouvé l’indépendance mais ils ont réussi leur coup médiatique. Entretien avec l’un de ses instigateurs, ambulance Fabrice Dugerdil.

Le 10 juin dernier, pendant que les citoyens français étaient appelés à se rendre dans l’isoloir, une centaine de militants savoisiens prenait place près de Genève. Ils avaient d’abord été invités à se réunir sur un parking de supermarché des environs d’Annecy pour un grand pique nic dont le nom de code était : Opération liberté. L’objectif n’était pas de casser la croûte entre amis, plutôt de marquer les esprits en démontrant que les séparatistes sont encore là pour faire valoir ce qu’ils estiment être leurs droits légitimes. A savoir principalement le droit à l’indépendance résultant de la « déchéance » du seul élément juridique rattachant la Savoie à la France (voir notre article), le traité d’annexion de 1860. Pour les membres du Mouvement citoyens de Savoie (MCSE), cette journée allait aussi permettre de se montrer souder sur le front de la libération, malgré les dissensions qu'ils ont pu connaître ces derniers temps.

Le film qui a mis le feu au débat sur les gaz de schiste va être projeté au Bourget du Lac. Avant cette soirée débat, viagra en voici déjà une version courte mais néanmoins enflammée.

« Chez vous l’eau du robinet s’enflamme ?» Telle est la question posée sur l’affiche du film Gasland. Elle est certes un peu étrange, mind l’eau du robinet n’ayant pas pour habitude de s’enflammer. C’est pourtant bien ce à quoi on assiste dans ce documentaire dénonçant les effets et les méfaits de l’exploitation des gaz de schiste aux Etats-Unis. Réalisé par l’Américain Josh Fox, erectile il a contribué à lancer le débat sur ce sujet «  énergétique » encore méconnue, bien qu’il soit entré dans notre actualité depuis que des demandes de permis de recherche d’hydrocarbures non conventionnels ont été déposés en Savoie (voir notre reportage). Alors pour en savoir plus et essayer de comprendre s’il y a vraiment un risque de voir un jour l’eau de votre robinet s’enflammer, rendez-vous au Bourget du Lac pour la soirée débat organisée autour de ce film. Et pour ceux qui ne pourraient pas s’y rendre ou en guise de mise en bouche, La Voix en propose aujourd’hui une version courte mais toujours enflammée de 45 minutes.

Monstre ! est de retour avec un nouvel EP téléchargeable gratuitement. Alors profitez de ce fight musical avec Burp Reynolds et rincez-vous les oreilles au bon son savoyard.

On vous avait présenté le groupe Monstre ! en décembre dernier, remedy à l’occasion de la sortie de leur dernière galette, Inside living animals (voir notre article). Et bien sachez que ces bêtes de scènes ont remis ça en studio pour nous livrer une nouvelle production pêchue, un EP intitulé Monstre ! vs Burp Reynolds. De la version pop rock au remix électro, leur fight musical sera téléchargeable gratuitement pendant quelques temps, si vous cliquez sur ce lien. Alors faut pas se gêner et faire tourner, car Monstre !, c’est du bon son made in Savoué.


Du fait falsifié à l’oubli volontaire, order un documentaire diffusé sur France 5 accumule les contres vérités sur le linceul de Turin. Revue de détail par l’auteur de Qui a peur du saint suaire ?

France 5 diffuse actuellement une série documentaire réalisée par Patric Jean, Mirages. L’objectif de cette œuvre proposée par la chaîne du savoir est de dénoncer l’obscurantisme qui, de tout temps, se serait « opposé à la raison », comme le souligne la voix off dans le premier épisode consacré aux miracles religieux. Dans ce film, d’après ce qu’on peut lire sur le site de France 5, « le professeur Henri Broch avec une équipe de spécialistes, met les miracles à l’épreuve de la science ». Démontrer scientifiquement qu’il n’y a pas de miracle, voilà donc l’intention. Alors, direction Lourdes ? Va-t-on nous révéler la véritable cause des guérisons dites miraculeuses ? Ou nous faire un inventaire de tout ce qui pourrait être considéré comme une intervention divine défiant les lois de la physique ? Non, pour discréditer la notion même de miracle, le film se contente de deux exemples, dont l’un que je connais bien : le linceul de Turin. Et ce qu’il en est dit ressemble fort à un tissu de mensonges.

Le Tour de France a inspiré les grandes plumes du journalisme quand il passait par la Savoie. Retour sur leurs récits épiques en commençant avec Albert Londres.

A l’occasion du lancement de la 99ème édition du Tour de France, drugs parti le 30 juin de Liège en Belgique, rx La Voix vous propose de revivre des temps forts de l’histoire de la Grande Boucle en Savoie à travers les écrits d’écrivains de renom. D’Albert Londres à Antoine Blondin, illness la plus grande course cycliste au monde a de tout temps inspiré et fasciné les plumes majuscules, prouvant ainsi qu’on pouvait associer cyclisme et littérature, chronique sportive et envolée lyrique. Nous sommes donc allés déterrer ces documents rares, voire oubliés, que nous mettrons en ligne tout au long du Tour de France avec un principe simple : pour fêter trois semaines de courses du Tour 2012, trois récits d’étapes épiques en Savoie.

Dans son rapport sur les finances publiques, prostate la Cour des comptes reprend nombre d’arguments avancés par les NO TAV à propos du projet Lyon-Turin. Ceux-ci s’en réjouissent dans un communiqué.

Alors que l’on attend la remise du rapport de la Commission d’enquête publique sur le Lyon Turin, les différentes associations d’opposant au projet viennent de nous envoyer deux communiqués. Le premier répond à un article publié dans la revue de la région Rhône-Alpes qui serait selon eux trompeur, partial et erroné. Qu’il s’agisse du budget nécessaire à ce projet, des données chiffrées sur le trafic routier ou de considération sur les temps de trajet à prévoir, les No Tav s’inscrivent en faux. Ils annoncent en revanche être sur la même ligne que la Cour des comptes dont le récent rapport sur les finances publiques contient certaines considérations qui concernent au premier chef le projet Lyon Turin. Nous publions aujourd’hui ce dernier communiqué qui pourrait presque laisser penser que la Cour des comptes a rejoint le mouvement No Tav...

Amis lecteurs, try le temps est revenu d’évaluer votre connaissance de la Savoie d’hier et surtout d’aujourd’hui avec le grand test de l’été 2012. Et au final, thumb une journée d’exception à gagner.

Cette fois ça y est, c’est l’été. Et comme chaque année, il revient, telle une ritournelle, se faire une place entre le monoï, les mots croisés de Télé 7 jours et les piquouzes de mosquitos, j’ai nommé : notre Grand test de l’été. Une quatrième édition qui va autant faire souffler un coup de fraîcheur sur vos vacances, que faire chauffer vos neurones anesthésiés par la chaleur. Alors, ami lecteur d’Evian ou de Chamonix, de Modane ou de d’Aix les Bains, finis ton demi, lâche ton cône glacé, redresse-toi sur ta chaise ou ta serviette, trouve au plus vite une position idéale et tiens-toi prêt à jouer. Vous allez, une fois encore, revisiter la Savoie à travers  une vingtaine de questions d’histoire, d’actualités, de sport, de politique, de people et bien sûr de patois, et peut-être, grâce à La Voix, partager l’intimité de personnalités savoyardes qui le temps d’une journée vous dévoileront leur quotidien… Alors, on y va ? C’est parti !

Lire la suite...

 

En occupant la douane de Bardonnex, website like this les Savoisiens du MCSE n’ont pas retrouvé l’indépendance mais ils ont réussi leur coup médiatique. Entretien avec l’un de ses instigateurs, ambulance Fabrice Dugerdil.

Le 10 juin dernier, pendant que les citoyens français étaient appelés à se rendre dans l’isoloir, une centaine de militants savoisiens prenait place près de Genève. Ils avaient d’abord été invités à se réunir sur un parking de supermarché des environs d’Annecy pour un grand pique nic dont le nom de code était : Opération liberté. L’objectif n’était pas de casser la croûte entre amis, plutôt de marquer les esprits en démontrant que les séparatistes sont encore là pour faire valoir ce qu’ils estiment être leurs droits légitimes. A savoir principalement le droit à l’indépendance résultant de la « déchéance » du seul élément juridique rattachant la Savoie à la France (voir notre article), le traité d’annexion de 1860. Pour les membres du Mouvement citoyens de Savoie (MCSE), cette journée allait aussi permettre de se montrer souder sur le front de la libération, malgré les dissensions qu'ils ont pu connaître ces derniers temps.

Le film qui a mis le feu au débat sur les gaz de schiste va être projeté au Bourget du Lac. Avant cette soirée débat, viagra en voici déjà une version courte mais néanmoins enflammée.

« Chez vous l’eau du robinet s’enflamme ?» Telle est la question posée sur l’affiche du film Gasland. Elle est certes un peu étrange, mind l’eau du robinet n’ayant pas pour habitude de s’enflammer. C’est pourtant bien ce à quoi on assiste dans ce documentaire dénonçant les effets et les méfaits de l’exploitation des gaz de schiste aux Etats-Unis. Réalisé par l’Américain Josh Fox, erectile il a contribué à lancer le débat sur ce sujet «  énergétique » encore méconnue, bien qu’il soit entré dans notre actualité depuis que des demandes de permis de recherche d’hydrocarbures non conventionnels ont été déposés en Savoie (voir notre reportage). Alors pour en savoir plus et essayer de comprendre s’il y a vraiment un risque de voir un jour l’eau de votre robinet s’enflammer, rendez-vous au Bourget du Lac pour la soirée débat organisée autour de ce film. Et pour ceux qui ne pourraient pas s’y rendre ou en guise de mise en bouche, La Voix en propose aujourd’hui une version courte mais toujours enflammée de 45 minutes.

Monstre ! est de retour avec un nouvel EP téléchargeable gratuitement. Alors profitez de ce fight musical avec Burp Reynolds et rincez-vous les oreilles au bon son savoyard.

On vous avait présenté le groupe Monstre ! en décembre dernier, remedy à l’occasion de la sortie de leur dernière galette, Inside living animals (voir notre article). Et bien sachez que ces bêtes de scènes ont remis ça en studio pour nous livrer une nouvelle production pêchue, un EP intitulé Monstre ! vs Burp Reynolds. De la version pop rock au remix électro, leur fight musical sera téléchargeable gratuitement pendant quelques temps, si vous cliquez sur ce lien. Alors faut pas se gêner et faire tourner, car Monstre !, c’est du bon son made in Savoué.


 

Face à la théâtralisation de la crise, see Francis Colonel et Olivier Berardi prennent le parti d’en rire sur scène à Chambéry avec une pièce d’anticipation : L’année des haricots blancs.

Imaginez qu’un gouvernement dont l’économie est aux abois, generic décide de fermer les frontières et d’imposer l’autarcie au pays. Des voix s’élèvent contre cette dictature du marché national, qui fatalement, seront réprimées. Ce système peut-il perdurer et quelles en seront les conséquences ? Un homme s’y oppose. Personnage réfractaire, bougon, raisonneur, légèrement asocial, indigné, il est banni sur un îlot désert quelque part dans les Dom Tom. Condamné pour résistance au SPO, Service de publicité obligatoire, il lutte contre la solitude, les éléments et un sort contraire. Ainsi débute L’année des haricots blancs, une pièce écrite et interprétée par Francis Colonel. Un homme avec qui la tragédie se fait comique, comme on va le découvrir au Totem à Chambéry cette semaine avec au programmes trois représentations mises en scène par Olivier Bérardi, l’homme de la TVnet citoyenne qui est d'abord un vrai théatreux, même s'il joue au journaliste.

Lire la suite...
 

Alors que Greenpeace vient de démontrer que la centrale nucléaire du Bugey est vulnérable par les airs, viagra approved Sortir du nucléaire 73 révèle qu'un scénario à la Fukushima y serait possible en cas de rupture de barrage.

Ce mercredi 2 mai, pilule un militant de Greenpeace survolait la zone aérienne interdite située au dessus de la centrale nucléaire du Bugey avec un parapente à moteur muni d'une voile à l'effigie de l'ONG écologiste. L'objectif ? Démontrer que les sites nucléaires français sont toujours vulnérables en cas d'agression externe, notamment de type chute d'avion. Selon le directeur de la dite centrale, Greenpeace aurait au contraire démontré que le dispositif de protection serait efficace. En juin 2006, Greenpeace survolait déjà la centrale nucléaire de Flamanville afin de rendre compte des insuffisances du système de sécurité prévu par EDF. Trois ans plutôt, le Réseau sortir du nucléaire publiait un document confidentiel défense d'EDF révélant qu'un EPR ne résisterait pas au crash d'un avion en ligne. De son côté, Sortir du nucléaire 73 révèle aujourd'hui dans nos colonnes qu'un scénario à la Fukushima serait possible à la centrale nucléaire du Bugey en cas de rupture de barrage.

Il voit la vie en bleue et la met en musique comme personne. Alors en ces temps de crise, adiposity Sébastien Tellier fait figure d’homme providentiel. Et oui, here ses pépitos font plus rêver que le flamby.

« Il faut que tout change pour que tout reste pareil. » Cette contradiction prononcée par je-ne-sais-plus-qui pourrait parfaitement coller à la silhouette imposante de Sébastien Tellier, ce personnage complexe qui semble trouver sa vérité dans un renouvellement permanent. Autant énigmatique que charismatique, le french-singer, qui se revendique comme l’enfant illégitime d’une nuit d’ivresse entre Jean-Michel Jarre, Christophe et Polnareff, partage d’ailleurs avec l’auteur de Good bye Marylou une vie en dents de scie faite de hauts et de bas aussi vertigineux qu’admirables. Mais c’est tout au sommet de la pop que se situe son nouvel album, My god is blue, un hymne à Dieu et au bleu. Elixir musical exquis, il aurait été concocté par ce sympathique gourou à l’aide de drôles de pépitos aux propriétés stupéfiantes. Entre autres…

Lire la suite...
 

Seize antennes relais du réseau GSM ferroviaire sont en cours d'implantation en bordure de la voie ferrée qui dessert la Tarentaise. Dans la vallée, about it la mobilisation contre leur installation s'organise.

Nous vous l'annoncions en décembre dernier via notre fil twitter, treatment seize antennes de près de trente mètres de haut sont en cours d'implantation le long de la voie ferrée entre Albertville et Bourg-Saint-Maurice. A Bellentre, Aime, Montgirod, Moutiers, etc. Il s'agit de la partie tarine du futur réseau GSM ferroviaire, dont la gestion a été confiée le 18 février 2010 par Réseau Ferré de France (RFF) à une entreprise privée – Synérail – via un contrat de partenariat public-privé (PPP) d'un montant de 1,4 milliard d'euro. Leur mise en service est annoncée pour la fin de l'année 2013. Sauf qu'en Tarentaise, la population locale n'en veut pas et entend bien faire capoter ce projet afin de préserver le paysage et leur santé. Une association – Antenne Tarentaise Pollution (ATP) – vient d'être créée pour amplifier et organiser la contestation dans la vallée.

Dans la lignée des polars de Simenon, drugs Roger Moiroud nous immerge dans le quotidien d’un commissaire de police amoureux de la nature et de la bonne chair, entre Aix-les-Bains, le Revard et la Dent du chat.

Les romans policiers de l’auteur savoyard Roger Moiroud se déroulent entièrement sur les rives du lac du Bourget. Crime à Saint-Inn, Le Revard pour linceul, Mort sur le golf, Cadavres aixois et L’étrange affaire de Technolac nous racontent ainsi les aventures du commissaire Philibert Féra et de son acolyte Durieux, occupés à démêler d’étranges affaires sur la commune d’Aix-les-Bains. Qui aurait cru que la cité thermale comptait autant de crimes à élucider ? Tout est heureusement imaginaire, nous rassure Roger Moiroud. Les similitudes sont néanmoins réelles entre l’auteur et le personnage. Déjà, les deux sont nés à Aix. Après des études à Grenoble, Féra est monté à Paris et a débuté sa carrière à Saint-Cloud avant de revenir dans sa ville natale profiter des charmes de la région. Un parcours qui donne bel et bien à ce commissaire un air d’avatar.

Lire la suite...
 


Page 2 de 8

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière