Notre festival de Cannes à nous démarre demain. Toujours dédié à la ruralité, buy sa 29e édition affiche une programme alléchant : pas de tapis rouge mais de quoi se faire de bonnes toiles à La Biolle.

Faillite des élites, web révolte bretonne, stuff montée des extrêmes… Et si on prenait un peu de hauteur pour s'aérer et s'échapper de la morosité ambiante ? S’élever en retrouvant nos racines. Sortir la tête de l’eau en plongeant nos mains profondément dans la glaise. Voici justement le doux paradoxe du Festival rural qui rouvre ses portes ce mercredi à La Biolle, à un jet de pomme de terre d’Aix-les-Bains. Et pour cette vingt-neuvième édition, le festival frappe d’entrée en recevant la documentariste Marie-Dominique Dhelsing, réalisatrice de Pierre Rabhi, au nom de la terre, film dédié au vieux sage ardéchois, philosophe-paysan et véritable père de la décroissance hexagonale. Autre temps fort, dans un style radicalement différent, la diffusion en avant-première samedi après-midi du très grand public Belle et Sébastien, adaptation de la série culte des années 60, tournée par Nicolas Vanier en Haute-Maurienne et en Vanoise,  promet une salle comble.


Cerise sur le ballot

Le dimanche après-midi sera lui dédié aux joies et vicissitudes du métier d’éleveur dans nos charmantes montagnes avec deux docus sur le sujet (Noires désirs et Hiver nomade), et le court métrage de Jeanne Basset sur le partage des pistes que La Voix vous avait présenté (voir ici).
Cerise sur le ballot de paille, La Biolle accueillera aussi, et pour la première fois, Daniel Frison, un professeur de cinéma « captivant et intarissable sur le 7ème art, qui nous  présentera et débriefera trois films ; BrodeusesLe mur invisible et le chef d’œuvre du néo-réalisme italien Riz amer, qui date de 1949 », précise la présidente du festival Marie-Françoise Philippe. Cinq jours, une quinzaine de films projetés, des échanges et des rencontres à la pelle, et même le café ou le petit déj’ offert aux séances matinales, de quoi se faire une toile en réfléchissant tranquillement au concept de ruralité loin de la grisaille quotidienne.

Frédéric Delville



Et voilà l’programme :


Mercredi 13

20h30 : Pierre Rabhi, au nom de la terre. Documentaire de Marie-Dominique Dhelsing. France-2013.


Jeudi 14

9h30 : Alamar. Drame de Pedro Gonzales-Rubio. Mexique-2010.

14h : Wallace et Gromit. Film d’animation de Nick Park et Steve Box. USA/ GB- 2005.

20h30 : Ici et là-bas. Drame d’Antonio Menez Esparza. Espagne/USA/Mexique- 2013.


Vendredi 15

9h30 : Le mulot menteur. Film d’animation de Marina Rosset, Sophie Roze, Rebecca Akoun, Andrea Kiss. Europe- 2011.

20h30 : Les moissons du futur. Documentaire de Marie-Monique Robin. France- 2012.


Samedi 16

9h30 : Brodeuses. Drame d’Eléonore Faucher. France-2004.

14h30 : Belle et Sebastien. Drame de Nicolas Vanier. France-2013.

17h : Fantag ou les trois frères peuls. Documentaire de Pierre Amiand. France-2011.

20h30 : Le mur invisible. Drame de Julian Roman Polsler. Autriche/Allemagne-2013.


Dimanche 17

9h30 : Riz amer. Drame de Giuseppe de Santis. Italie-1949.

14h30 : Noires désir. Documentaire de Gilles Chappaz. France-2013. (Film précédé par le court métrage « Piste, territoire partagé » de Jeanne Basset.)

17h30 : Hiver nomade. Documentaire de Manuel von Sturler. Suisse-2013.



Plus d'info ici.


 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière