La Biennale du Livre Savoyard est de retour ce dimanche à Faverges. Une occasion unique de se replonger dans notre culture. Alors prends-toi en main, va au festival du bouquin ! 

« La rentrée c’est pas rose, la rentrée c’est morose. Alors prends, prends-toi en main, c’est ton destin ! », auraient pu chanter les Inconnus. Alors quelle façon plus douce de se substituer subrepticement à la dégustation de rosé face aux crépuscules méditerranéens, aux grillades en terrasse ou a une glande languedocienne ou basque sous un soleil radieux (surtout cette année !) ? Réponse : par un autre type d’évasion. Et celle de la lecture n’est sans doute pas la plus mauvaise. C’est sous cette perspective réconfortante que s’ouvre dimanche prochain La Biennale du Livre Savoyard à Faverges. Ou plutôt devrais-je dire : NOTRE Biennale du Livre Savoyard. « C’est un festival qui ne donne pas dans l’ostracisme. Tout le monde est le bienvenu, il suffit d’être un auteur savoyard ou de parler de la Savoie dans ses écrits », précise ainsi Michel Duret, président des Amis de Viuz-Faverges, l’association organisatrice de l’événement.

58 auteurs 

Pour la 14ème édition de sa fête du livre la bourgade, plantée au bout du bout du lac d’Annecy, accueillera pas moins de cinq à six cent personnes (et plus si la pluie s’invite en ce repos dominical) qui graviteront autour de 10 éditeurs, 12 associations, sociétés savantes et institutions, un libraire spécialiste en livres anciens et quelque 58 auteurs. Parmi ces derniers, on notera la présence du bédéiste Laurent Fiorese (auteur du très patois-compatible Les expressions savoyardes en BD ou encore de la déjà culte Suicidée du Pont de la Caille.), de l’archéologue spécialiste de la Maurienne René Chemin, de notre Rémi Mogenet, bien connu des lecteurs de La Voix, et même du grand manitou de votre canard savoyard préféré Brice Perrier, accompagné d’une petite pile de Qui a peur du Saint-Suaire ?, son enquête haletante sur les traces du fameux drap de couchage du petit Jésus.

Lumière et légèreté 

Bref, l’occasion d’admirer une belle brochette du gratin culturel de la Savoie dans le respect des mots d’ordre qui font tenir debout ce festival depuis 1987, ouverture et convivialité, et, ce qui est de plus en plus rare, loin de la moindre notion mercantile. « Car ici, souligne Michel Duret, on ne fait rien payer, ni aux exposants, ni aux visiteurs ». De quoi retrouver un peu de lumière et de légèreté avant de plonger dans le grand bain des saisons froides. Yo !

Frédéric Delville


La Biennale du Livre Savoyard se déroulera ce dimanche 31 aout de 9 h à 18 h à la salle polyvalente de Faverges.


Plus d’infos ici et sur facebook. 

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière