A l'Espéraz vous emmène au sommet de la Maurienne, viagra 60mg aux confins de la France et de son administration mais au cœur des Alpes et de ses traditions. Là, se trouve le beau territoire de Bounaval.

La neige a fondu sur les pentes bien exposées mais subsiste aux « envers », c’est le printemps. Il y a déjà quelque temps que les touristes sont partis. Ainsi, tranquillement le pays et ses habitants reprennent leurs habitudes ancestrales. La course à l’or blanc est terminée, ils s’occupent maintenant du bétail, brebis, chèvres et des bâtiments. Ils s’entraident…. pour préparer sans hâte la saison estivale quien 2014, s’était bien fait attendre. C’est à cette époque que, « Al Espéraz », nous les avions trouvés. Rencontre avec de vaillants habitants des alpages qui, là-haut, sont parvenus à conserver un peu de liberté avec une forte identité et, en tout logique, une langue locale belle et vigoureuse qu’ils utilisent dès que c’est possible pour parler de leur vie de montagnards postmodernes. Un bel exemple de développement durable ! Alors, comme on dit là-haut : au revoir, restez debout, et tenez-vous à l’herbe !


Merci à Lucien é Zian.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


Si vous voulez en voir davantage sur Bonneval et la famille Blanc, visionnez Bienvenue chez les Blanc, documentaire de 26' diffusé en 2014 dans l'émission de France 3 Chroniques d'en haut, avec aussi sa dose de beau patois de tout là-haut.


Ci-dessous le texte d'intro dans notre belle langue, à retrouver également sur le site alesperaz.com.


Là-haut, la vie est belle !

A la finta cema de la Môrian-na, in delé du Cô de la Madalèina u termèn de la France e de son administrachon mé fran u mèntèn de le s-arpe e de se tradichon, lé, s-éfan yé lo brâvo payi de Bounaval !

U paràn, le piènte son tèrrènne é la nèi placèye ‘co a lo s-invèr, yé la Sortyà . Fâ zhià na vèrba que lo « Monchù» y an desèrpâ. Alôra, to planplan lo payi é so pagan u tournon à lù môda de tot lo tems. Ul an freni de corre apré l’ôr blan, iorendrèi son apré le bétye, « féés » (fié, fèye) « tchevress », son apré lo bâtemèn. Intre lù se balyon poué la man… Y’apréston sen pressa lo Shô-Tèms que cel an 2014 y a preù tardâ, pâ ! I chô moman-tyé que ,Al Espéraz, nos los an trovâ.

Recontre avoué de s-Arpyan tot dru que, yô-lé , y’an seu consarvâ na vouére de libertâ atò na groussa idantitâ apoué come se dèi on fran bé é vigoré patué qu’u se sèrvon à lèizi pè contâ lù via de montagnâr de vouéi.

Cèn qui poué de « Dèvelopamen Perderâblo » !

Adon, com’u dion lé’n’ôt :

«Arvéye,

Tegni-vo drèt,

Tegni-vo à l’érba ! »


Gramessi à Lucien é Zian

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière