Réagissant à l'opposition d'Hervé Gaymard au projet de réforme territoriale, generic le MRS appelle le président du 73 à relancer le processus de régionalisation savoyarde. La seule solution pour éviter la disparition ?

Le mercredi 18 juin, viagra order le conseil des ministres a adopté le projet de loi sur la réforme territoriale, qui devrait conduire à la création une région Auvergne-Rhône-Alpes. La Savoie (les deux départements) n'y comptera que 27 élus sur 150 (10 pour la Savoie, 17 pour la Haute-Savoie), soit une goutte d'eau dans un lac. Sur sa page Facebook, le député Hervé Gaymard, président du conseil général de Savoie, prend position contre ce projet de loi et s'inquiète du devenir des deux départements savoyards : « Cette loi est une mauvaise loi et je la combattrai à l'Assemblée Nationale. Elle tue la proximité car notre Savoie sera diluée dans une immense région qui n'a aucun sens. Avec seulement dix conseillers régionaux élus à la proportionnelle, c'est à dire qui ne seront reconnus dans aucun territoire, les Savoyards n'auront plus d'élus à interpeller pour faire avancer les dossiers. »

Il défend le « principe de proximité » et « la nécessité que les Pays de Savoie ne soient pas dilués et continuent d'avoir des centres de décision à Chambéry et à Annecy. ». 

La Savoie se doit d'exister institutionnnelement

Le Mouvement Région Savoie, qui se bat depuis 1972 pour la création d'une Région Savoie, ne peut que se féliciter de cette prise de position. Si Hervé Gaymard, qui semble s'exprimer ainsi au nom des deux départements savoyards, souhaite qu'un processus de régionalisation de la Savoie (engagé en 2001 avec la création de l'Assemblée des Pays de Savoie) soit repris et cette fois-ci mené à son terme, le MRS le soutiendra pleinement dans cette démarche.

La Savoie se doit d'exister institutionnellement, sans quoi les Savoyards seront démunis des services publics dont ils devraient légitimement disposer : université, trains régionaux, services hospitaliers, cour d'appel... Nous rappelons que si cette réforme devait aboutir, il n'y aura plus ni Savoie, ni Haute-Savoie, ni aucune autre collectivité territoriale au-delà de l'intercommunalité. Les découpages territoriaux doivent tenir compte des bassins de vie et d'emploi, ainsi que de l'histoire et des identités régionales.

Rodolphe Guilhot, secrétaire du Mouvement Région Savoie

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière