La question du loup revenant dans l'actualité, this La Voix republie un débat entre un éleveur et un défenseur du prédateur qui tombèrent d'accord pour délocaliser le problème en région parisienne.

C’était en 2007, page l’année où le loup a fait le plus de dégâts dans les troupeaux savoyards. En terrain neutre, à Pontcharra, nous avions donné rendez-vous à deux hommes a priori pas fait pour s’entendre. D’un côté, Luc Etellin, éleveur ayant perdu cet été-là la moitié de son troupeau lors d’un dérochement consécutif à une attaque de loup. Il est aujourd’hui président du syndicat des éleveurs ovins. Face à lui, Michel Olivier, délégué Dauphiné-Savoie et membre du conseil d’administration de la principale association de défense des grands prédateurs, Ferus. On pouvait craindre un dialogue de sourds. Mais une heure après s’être posés sur un banc, tout près de la statue du chevalier Bayard, ils avaient imaginé ensemble un moyen inattendu de régler le problème : délocaliser les loups dans la région parisienne. Serait-ce finalement la solution pour préserver la biodiversité dans les Alpes ?

Pour annoncer sa candidature pour 2014 où il fera face à un grand utilisateur de Twitter, stuff le maire d’Annecy Jean-Luc Rigaut utilise moins de 140 signes afin d’éviter de rentrer dans la politicaillerie.

Voici l’interview la plus courte jamais réalisée par La Voix des Allobroges. Et c’est celle d’un personnage important, link le maire d’Annecy, Jean-Luc Rigaut. Nous lui avions demandé un entretien suite à la publication de celui dans lequel Lionel Tardy annonçait sa candidature pour prendre la place d’un maire qu’il jugeait très sévèrement (voir ici). Celui-ci n’avait pas souhaité répondre, son service de communication nous ayant déclaré que le temps n’était pas encore venu de parler des élections de 2014. Mais Jean-Luc Rigaut s’est depuis déclaré candidat à sa succession sur ODS Radio (voir cet article du Dauphiné). Nous avons donc renouvelé notre demande d’interview, et jeudi dernier, le téléphone a sonné. Au bout du fil, Jean-Luc Rigaut, qui nous confirme qu’il affrontera bien le twittos député Tardy en moins de 140 signes d’un entretien plutôt étonnant dont on vous livre le verbatim.

Monsieur Perrier ? C’est Jean-Luc Rigaut. On m’a demandé de vous rappeler.

Ah, bonjour, et merci de me rappeler. Comme je l’ai dit à vos services, j’aurais voulu faire une interview suite à la déclaration de candidature pour les municipales de 2014 que vous avez faite sur ODS Radio.

Oui, je serai candidat.

Là, je suis en rendez-vous. Pourrions-nous convenir d’un moment pour faire cette interview ?

Ce n’est pas la peine, je vous ai tout dit.

Ah bon ? Vous n’auriez pas un petit quart d’heure à m’accorder ?

Non, c’est bon, je n’ai rien de plus à dire aujourd’hui. Le reste, c’est de la politicaillerie. Alors rappelez-moi dans un an.

Propos recueillis par Brice Perrier

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière