Symbole s'il en est de l'appartenance à la culture savoyarde, check la fête annuelle du patois permet de communier autour d'une langue enracinée. A l'Esperaz ne pouvait pas la manquer.

Chaque année quand vient le mois de septembre, c’est la Fête du Patois. Le Samedi, discours de bienvenue, débats, exposition, promenade dans les rues, musique, danse et animations… Le Dimanche, procession dans la rue principales du village, après la messe c’est là que la foule va défiler costumée, alerte ou chancelante mais fière de brandir la bannière de son village, sa vallée, son association. Là, on rencontre ceux qui défilent, ceux qui regardent, ceux qui parlent, ceux qui écoutent, ceux qui rient, ceux qui pleurent…

Ce dimanche sur la place de l’église de Reignier, en regardant les gens réunis, j’ai eu comme une révélation : cette fête-là, c’est la seule manifestation tangible de notre domaine linguistique et de ce qu’il reste de notre ancienne culture. Les gens y sont pour une communion consciente ou pas, pour témoigner de leur appartenance à notre culture savoyenne rurale et à sa langue, le mal nommé Francoprovençal. Pour parler clairement, cette fête du patwé n’est rien d’autre que le « Pow Wow de la communauté arpitane », « the Arpitan Pride ». Alors la prochaine fois, nous devons tous y aller.

Dom Vuillerot


JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.



Ci dessous le texte d'intro dans notre belle langue, à retrouver sur le site alesperaz.com.


The Arpitan Pride

Tui loz an quant é tôrne lo mè de Stembre, tôrne la Féta du patwé. Lo Dessandzoz, descor de benvenia, parlèzon, espozichon, premenâde pè le rué , na vouére de viourna, danses é balourye… Poué la diemènze, porsechon pè la gran tsarrîre du veladzo, lé apré la messa, van defelâ on moué de mondo costeumâ, trèinaré uben saoutaré, ma, tui crâno de porta drè yôt la bandîre de lu veladzo, valâ, sochétâ. Lé, se trôvon chlo que mârçonz chlo que aguétonz, chloz que bardzacconz, chloz que atyutonz, chlo que riyonz chlo que pluronz…

Chla Diemènze chu la plasse de l’eglièse de Regnî, én aguetèn lo mondo tot a n-on moué , d’é ayu na revélachon : chla féta tché, i la soletta manifestachon que réste de noutron carro linguistickoz , de noutra moda anchènna. Lo mondo son itché p’ena comegnòn conchenta u na, p’on témognadzo d’appartenanse a noutra queulteura savoyennaz campagnârdaz montagnardaz é a sa lènguaz, lo mâ nomâ francoprovensâ. Pe o dire tot aplan chla Féta du patwé i pa ren âtroz que lo « Pow Wow de la comunotâ arpetannaz », « the Arpitan Pride » alô lo co que vin, i lé qué no fô tui ala !

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière