A l'espéraz continue chez Denis et Véronique, qui tiennent des chambres d'hôtes en affichant la couleur linguistique aux visiteurs. Un établissement qui mérite bien ses trois rozòns !

Al espéraz sur la route de Lacrévaz, dans la commune de Viuz-la-Chiésaz, nous avons trouvé l’empreinte de la langue sur une pancarte : Chambres d’Hôtes « Lô Praz Condus ». De quoi exciter notre curiosité pour en apprendre plus sur quelqu’un qui n’a pas cédé à la globalisation et qui a gardé l’esprit et le nom d’un lieu même s’il vient d’une langue qu’on dit vieille, que personne ne comprend, qui ne s’écrit pas et n’a aucune utilité ! Lui, c’est Denis, quelqu’un qui n’a pas peur de dire tout haut qu’il a toujours voulu vivre et travailler au pays. L’endroit, c’est la terre de ses ancêtres : « lô praz condus ». Denis a su trouver sa place entre tradition et vie actuelle et même attirer une fille de la ville, Véronique, dans son petit coin de Savoie, ce qui n’est pas une mince affaire ! Tous les deux ont transformé les bâtiments de ferme en chambres pour hôtes qui viennent de partout savourer les richesses de nôtre belle région.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Rien à voir avec le repli identitaire dont nous parle les politiciens et les médias bien pensant, mais un chemin de vie tout à fait postmoderne comme nous l’apprécions à la Voix. Alors en plus des trois épis des gîtes de France, lô praz condus mériterait aussi les trois « rozòns » de l’hospitalité arpitane.

Merci à Véronique et Denis.


Le site du gite de Véronique et Denis.

Ci-dessous le texte d'intro dans notre belle langue, que vous retrouverez aussi avec la vidéo sur le site alesperaz.com.


« Lo Praz Condus » retrouvés

Al Espéraz contënye cié Véronique apoé Denis que tënnon de "Chambres d'hôtes" é betton én èn la lènga u ju de lû cliàns ! Na màisòn que ya afanà so tréi Rosòns.

Al Espéraz, chu la ròta de Lacrevaz dièn la quemena de Viuz (viuz la Chiesaz), nos an trovâ la piaa de la lènga marcâ chu na pancârta : Chambres d’Hôtes Lô Prâz Condus .

Dè qué freguenâ noutra curiositâ pè mé nen savér chu quorquion que’l’a pa acapenâ devàn la globalisachòn é a gardâ l’espri é lo nom d’on luà canben que vin, à se qu’u dion, dè na lènga viélye, que nion conprèn , que s’ecri pa é que sèr à pa rèn !

Chô-tsé, yé Denis, ion que’l’a zin pû dè dire grou que’l’a tozò volyu vivre é travalyé u payì, sl’èndrèi , yé la terra dè so dèvanché, Lô Prâz Condus. Denis l’a seu trovâ na plasse intremié tradechòn é via de voué é mémo atrià na fèna dè la vëlla Véronique dièn son petsou cârro de Savoué, sèn que yé pa rèn, paa ! Tô dou, du Bàeu é du solìye u’n’an fè dè pélo p’arsévre de mondo que arrivon dapertot assadâ le recesse dè noutron bé payi.

Pa rèn à véra avoué « l’acarramèn idèntitéro » que no sèrvon poletechens é médià à la pènsâ maatse, ma na vî de vià fran post-morderna comen no l’âmìn à la Voué. Adòn , in flan du tréi s-épi du « gite de France » lô Praz Condus meretarë bèn avou lo tréi Rosòn del « Abèrzemèn Arpetàn ».

Véronique é Denis gramassi !



 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière