Du point de vue morphologique, salve illness lexical, pilule étymologique ou phonétique, stuff le patois de nos montagnes dame le pion au français. Lo Boteyron le démontre et enchaine en VO avec Louis Terreaux.

Sachez–le. Notre rural patois suit des règles grammaticales strictes dont nos vieux prétendument dénués d’instruction s’accommodaient fort bien, utilisant quotidiennement l’imparfait du subjonctif sans avoir jamais ouvert un Bescherelle. Et point besoin de démontrer le pouvoir évocateur, bref la poésie de ces mots forgés sur notre sol par notre culture. Le simple fait que bien des tournures patoises soient intraduisibles illustre une supériorité sans conteste sur l’idiome de Voltaire. Loin d’être des barbarismes, ce lexique garde la trace de la noblesse antique. L’humble montagnard, comme le citoyen de Rome, s’assoit sur la séla et fait sa soupe dans l’ûla. La richesse articulatoire du patois s’impose à notre oreille, car nombre de ses sons sont inconnus du français.

Et je l’affirme : ma grand-mère aurait très bien parlé anglais - si on le lui avait appris – puisqu’elle réalisait toute une gamme d’articulations bien utiles à son apprentissage, dont la fameuse interdentale contrariant tant la langue inhibée du francophone unilingue. Ainsi, l’opposition idéologique commune entre instruction académique et culture séculaire ne peut tenir face aux patois, ces parlers vénérables qui conservent le trésor des mots et des pensées des hommes qui se sont succédés sur notre sol. La preuve avec Louis, patoisant de Saint-Jeoire et universitaire, Savoyard qui ose la langue de ses ancêtres.

Louey, ên 2006 qey-t-ou qè fâ de parlâ oncò patwé, d’étre yon dlô dèré dla shên-na ?

On pêsse a chleu qè no-z-on préssédò, sê balye na vouére d’achuiranse…l’patwé yè na fontan-na d’éqilibre ! Tché neu iqun à San Zhuére, qan d’étou oncò mére, yaviéve oncò on bon fon de patwézan, èpwé i son modò tchou a tchou, yeûre on réste tré chi mé de mile a parlò patwé djê la cmouna ! Mé chleu avwé qoui on a l’abitida dè parlò patwé, on pou pò leu-z-i parlò fransé…

Ya zha lontêm que vo v’z-éte portâ a mantnyi lo patwé, T-ou q’on pou fare qôqarên ?

A l’inogurachon de l’université de Savoué ê 1979, d’avou zha dun dou tré mot ê patwé. Iqun, yaviéve d’beû mondo… l’intêdj’oncò cheû député démandò a son vzin :  « mais qu’est-ce qu’il dit ? » Mé d’crêche q’ya biê passò. Yeûre, ya de dicchenére, de réunion de patwé, mé d’é peu q’y’ê-n-ayésse biê yeû y’ê-n-a pò yon qe pòrle patwé. Dè patwézan que pòrlon pò patwé intre leû ! Yeû-t-ou q’on vò ? T-ou q’yè pò damazhe ? On è ‘mê la lêga q’on pòrle. On peûplo qe pèr sa lêga, i-l-a teu pèrdi. Alô, i feû pò avé peu, ouzò parlò patwé !

Lo Boteyron


Article publié dans le numéro 7 de la VDA (avril 2006)

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière