La voué rien qu'en patoué

La Voix lance un site 100 % langue savoyarde, sur lequel sera notamment diffusée notre série de reportages A l'espéraz. Retrouvez sur ce site une voué rien qu'en patoué. Lire la suite

Tô-le la via l'e bela, pâ !

A l'Espéraz vous emmène au sommet de la Maurienne, aux confins de l'administration française, au cœur des Alpes et de ses traditions. Là, se trouve le beau territoire de Bounaval. Lire la suite

Lorendrè loz Apitan son ‘tché !

Ils défendent une langue savoyarde qui dépasse les frontières : l'arpitan, un nom plus joli que le francoprovençal des universitaires. Rencontre avec ses porte-paroles. Lire la suite

http://lavoixdesallobroges.org/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/348187141016115033427245.png http://lavoixdesallobroges.org/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/996975Capture_d___e__cran_2015_09_05_a___15.09.06_1024x574.png http://lavoixdesallobroges.org/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/554972Capture_d___e__cran_2016_01_27_a___19.36.13_1024x608.png
http://lavoixdesallobroges.org/la-voue/727-a-lesperaz-nouveau-site-de-la-voue-100-patois-savoyard http://lavoixdesallobroges.org/la-voue/746-bonnevalsurarcenpatoislavieestbelle http://www.lavoixdesallobroges.org/la-voue/749-arpitansfetedupatois2015

  • Annecy 2018, désaccord au conseil régional ! Vidéo

    Annecy 2018 conseil régionalLe 9 juillet dernier, la mobilisation des Verts et du comité anti-JO n'a pas empêché le conseil régional d’accorder 2,5 millions d'euros de subvention pour la promo d'Annecy 2018. Retour sur une matinée olympique.

     Le 14 mars prochain, les Savoyards se déplaceront dans l'isoloir pour renouveler leurs conseillers régionaux. Cette échéance électorale sera l'occasion pour eux de décider de l'avenir de leurs montagnes, et plus largement de celui de leur région, ainsi que de sa politique touristique. Et même si, lors de la précédente mandature, la gauche traditionnelle (PS, PRG, PCF, PG) et les écologistes (Les Verts) étaient alliés au sein de l'exécutif régional et gouvernaient ensemble, des divergences notables sont apparues. Par exemple sur la question de la candidature d'Annecy pour l'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 2018.

    Lire la suite...
 
  • Un dernier vœu pour la nouvelle année

    Europe EcologieA la veille d’une réunion aux Glières, story la Voix appelle Europe Ecologie à faire de la région Savoie une priorité afin de prendre la mesure de l’enjeu régional.

    En décembre, après la venue à Chambéry de Philippe Meirieu, le Dauphiné Libéré publia dans ses colonnes un article où l’on faisait dire à la tête de liste d’Europe Ecologie en Rhône-Alpes que la « région Savoie ne sera pas une priorité ». Il semble que ce n’était pas ses propos exacts, le Dauphinois ayant pratiqué l’art du raccourci. Mais ce qui est aujourd’hui clair, c’est qu’on ignore encore la place qu’aura la région Savoie dans la future campagne des régionales. Alors en cette nouvelle année - qu’on vous souhaite illuminée - et à la veille du rassemblement d’Europe Ecologie Rhône-Alpes aux Glières, nous émettons un vœu pour 2010 : que la région Savoie devienne une véritable priorité pour Europe Ecologie. Sans cela, la formation écologique passerait ici à côté de l’élection en ne prenant pas la mesure de l’enjeu régional.

    Lire la suite...
 
  • L'homme qui murmure à l'oreille des taupes

    BiodynamiqueDominique parle aux taupes qui gravitent autour de chez lui. Il affirme les tenir à l’écart en leur demandant bien poliment. Taupe, sale y es-tu ?

    A la Bergerie d’Orgevat, view une ferme un peu particulière située sur les hauteurs de Bonneville, j’ai assisté cet hiver à un curieux rituel. Avec ses amis de l’association en charge du fonctionnement de la bergerie, Dominique Delavigne faisait le tour du propriétaire en demandant aux taupes de bien vouloir quitter les lieux. La petite troupe n’avait pas l’air particulièrement allumée, mais je me demandais quand même où j’avais bien pu atterrir… Dominique a débuté sa carrière comme berger. Alors âgé d’une vingtaine d’années, il a découvert les techniques de l’agriculture biodynamique professées au début du siècle dernier par le philosophe allemand Rudolf Steiner. Il a passé sa vie à les mettre en œuvre. Pendant une trentaine d’années comme horticulteur ou paysagiste et, depuis l’an 2000, dans la ferme expérimentale qu’est la Bergerie d’Orgevat.

    Lire la suite...
 
 
  • La petite ville qui n'en finit plus de descendre...

    Aix les BainsAzzedine Filaz se désole de voir que sa ville d'Aix-les-Bains a perdu son âme en se vendant à la promotion immobilière. Est-il trop tard pour rectifier le tir ?

    A l'inverse de la petite chaîne qui monte, c'est à dire M6, qui a récemment diffusé un match de l'équipe de France en volant la vedette à sa "grande" soeur TF1, Aix-les-bains a du mal à s'inspirer de celle à qui elle devrait ressembler, en l'occurrence Annecy. En effet, son lac, ses collines, la proximité des montagnes, auraient dû donner à Aix le potentiel touristique qu'elle mérite, jouant sur sa notoriété nationale voir même internationale grâce aux thermes... Un avantage que ne possède pas sa voisine haut savoyarde, mais qui n'a pas empêché cette dernière à se hisser au rang des villes où il fait bon vivre !

    Lire la suite...
 
  • La trace est en carbone

    La trace carboneIls veulent se rapprocher de la nature, mais les sportifs montagnards en quête de sensations fortes concourent pour la palme des pollueurs.

    En montagne, les sportifs sont sensibles à l'environnement. Ils portent même souvent la parole verte avec engouement... sans toujours reconnaître qu’ils perforent un peu plus la couche d'ozone tout en vidant les nappes de pétrole. Car les sports tendances qui mettent en avant une nature intacte et protégée dessinent bien souvent leur empreinte carbone avec un gros feutre noir. « Je reconnais que c'est le règne du faites ce que je dis, pas ce que je fais. Je prends l’avion, l’hélico, ma voiture. Mes skis sont polluants à la fabrication, comme le textile qui bouffe un jus incroyable. Les  remontées mécaniques consomment, le damage des pistes aussi, les infrastructures pour les canons à neige, les chenillettes pour monter la bouffe dans les restos, le fart sous les skis... Ce n'est pas très propre », avoue Enak Gavaggio, skieur professionnel basé aux Arcs, qui donne aussi dans le base jump (saut à partir de falaises). Au moins un vrai sport écolo, non ? « Oui, sauf que, pour le pratiquer, tu as toujours besoin de ta voiture : en moyenne deux à trois heures par saut. »

    Lire la suite...
 


Page 96 de 100

Notre fil twitter

Nos dernières vidéos

Vos produits savoyards

Bannière